Mali: le PM Maiga et l’UNTM ont balisé le terrain pour les négociations futures

L'UNTM et le gouverement en négociations

La rencontre entamée ce 16 janvier entre l’UNTM et le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga, a permis de baliser le terrain des négociations entre l’UNTM et le ministre malien de la fonction publique. Après une concertation interne, les cadres de l’UNTM ont décidé de déposer un nouveau préavis de grève.

Ce 16 janvier, les cadres de la principale centrale syndicale du Mali, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) étaient en concertation avec le premier ministre malien pour trouver une solution aux revendications des syndicalistes. La rencontre a permis de baliser le terrain pour les futurs négociations avec le ministre malien de la fonction publique. Et comme aucun compromis n’a été trouvé , la centrale syndicale s’apprête à déposer très prochainement à nouveau un autre préavis de grève de cinq jours dont le debut de suspension de travail est prevu au mois de février prochain.

Les doléances analysées

« Le dépôt d’un préavis de grève est imminent. C’est pour que le ministre de la fonction publique puisse convoquer la commission de conciliation », confie à Nord sud journal, Aguibou Bouaré, un responsable de l’UNTM.

Une source à la Primature informe que la commission paritaire sera chargée de suivre la situation.  « l’Etat a analysé toutes les doléances », affirme Dramé Mariam Diallo, chargée de mission à la Primature. « Tout a été abordé point par point. Certains sont traités ou sont en cours de traitement. Un point d’accord a été trouvé sur plusieurs points », rassure-t-elle.

«Selon ce responsable du syndicat, Aguibou Bouaré ,« la rencontre avec le premier ministre, c’était pour convenir des principes. Soumeylou Boubeye Maiga a juste montré la disponibilité du gouvernement à trouver une solution à la crise. Il n’y a pas eu de protocole d’accord entre nous », ajoute-il.

Le secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé affirme que « Soumeylou Boubeye Maiga a accepté tous les points de revendication. ». Le comité mis en place va suivre l’application des doléances », dit-il. Mais ce comité semble ne pas être crédible aux yeux des syndicalistes.

« C’est 45 jours après qu’on nous a fait appel »

« Nous sommes habitués à ces genres de comités qui n’apportent pas de fruit. Déjà avant la grève précédente de 72 heures, nous avons déposé un préavis et c’est 45 jours après qu’on nous a fait appel. Ça va être le même scenario», prévient-il.

Le 9  janvier l’UNTM a observé une suspension générale  de travail de  72 heures paralysant plusieurs services publics sur toute l’étendue du territoire. La rencontre de ce matin avec Soumeyou Boubeye Maiga nourrissait les espoirs pour un accord entre les deux camps.

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...