All for Joomla All for Webmasters

Mali: face à la sécheresse, les éleveurs quittent Ménaka pour le Niger

Ce jour-là sur le marché à bestiaux de Ménaka, seule une centaine d'animaux sont présents, d'ordinaire, ils sont des milliers. © Gaëlle Laleix/RFI

Ce jour-là sur le marché à bestiaux de Ménaka, seule une centaine d’animaux sont présents, d’ordinaire, ils sont des milliers. © Gaëlle Laleix/RFI

Au Mali, bien que la saison des pluies ait commencé, le nord du pays est toujours en proie à une très forte sécheresse. Certains experts la comparent à celle de 1984, qui avait été ravageuse.

La région de Ménaka au Nord-Est du pays, fait partie des plus sinistrées à cause de la sècheresse mais aussi de l’insécurité lies aux affrontements intercommunautaires ces derniers mois dans cette région. Certains éleveurs quittent Ménaka et se déplacent vers le Niger pour y trouver un peu de pâturage.

Au marché à bétail de Ménaka, une petite centaine de dromadaires, bœufs et moutons, patientent sous un soleil de plomb. D’ordinaire, ils sont des milliers, mais en cette période de dure sécheresse, le nombre à considérablement baisse. « Il n’y pas assez d’eau et pas assez de fourrage. Je n’arrive pas à nourrir mes animaux comme il faut, explique Albachir Ag Koney. Il me faudrait de l’aliment bétail pour qu’ils prennent de poids, mais je n’en ai pas. Je viens ici coincer de vendre mes bêtes, mais personne n’en veut, parce qu’ils sont maigres. Comme j’ai un peu de troupeau, je vais partir au Niger pour chercher du pâturage ».

D’après le réseau d’éleveurs, Billital Maroobé, les prix du bétail a baissé de 20 à 30 % cette année, en raison de la sécheresse. Cette perte pourrait atteindre 50% en période de soudure.« La viande des moutons et des bœufs sont moins chèresquand même. Le bœuf est à 2000f et le mouton à 3000f le kg. La situation est un peu calme, depuis trois mois », explique Moussa Namata, bouché au marché de Ménaka.

Une situation qui doit évoluer dans les semaines qui suivent. Le prix de la viande risque de s’envoler d’ici le mois d’aout prochain, à l’approche de la fête de Tabaski.

Nord Sud journal avec Rfi