All for Joomla All for Webmasters

OIF : La Rwandaise Louise Mushikiwabo désignée à la tête de la Francophonie

Les protestations énergiques de Michaëlle Jean n’y auront rien fait. Ce vendredi 12 octobre 2018, Louise Mushikiwabo a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en lieu et place de l’ancienne gouverneure générale du Canada, qui n’aura fait qu’un mandat de quatre ans.

L’activisme de la France – Paris a fortement poussé la candidature de l’actuelle ministre des Affaires étrangères du Rwanda -, la consécration de cette proche du président Kagame est perçue comme un retour de l’OIF dans son giron d’origine, l’Afrique.

La pirouette intellectuelle des chancelleries africaines

Pour la défendre, ceux qui soutiennent Mme Mushikiwabo usent d’une petite pirouette intellectuelle : ils disent qu’en reprenant l’OIF, la Rwandaise fera sienne la Charte de l’organisation, changera de casquette et pourra ainsi tout à fait librement faire des remarques à ses interlocuteurs. C’est par exemple le propos du ministre nigérien des Affaires étrangères.

« Si demain, l’a interrogé RFI, Louise Mushikiwabo est secrétaire générale de la Francophonie et fait des remarques à tel ou tel pays pour un manquement au respect de la démocratie et des droits de l’homme, ce pays ne risque-t-il pas de lui répondre : écoutez, vous venez du Rwanda, vous n’êtes pas la mieux placée pour nous donner des leçons ? »

« Mais ce n’est pas Louise du Rwanda, répond Kalla Ankouraou sur nos antennes. C’est la secrétaire générale de l’OIF qui fera les remarques. C’est totalement différent, il ne faut pas regarder la personne. Il faut voir l’institution, l’Organisation internationale de la Francophonie. C’est au nom de l’OIF qu’elle va parler ; nous ne ferons jamais de confusion. »

Le Niger adoube la Rwandaise parce que l’UA la soutient

Comme tant d’autres sur le continent, le Niger soutient donc la candidature de la Rwandaise. « La secrétaire générale sortante a fait un excellent travail. Tout le monde l’a reconnu, on l’a applaudie. Cependant, il y a une candidature portée par l’Union africaine, et le Niger ne peut pas se dérober aux décisions de l’UA », justifie le chef de la diplomatie nigérienne.

Le Niger, fidèle aux positions de l’UA ? « Un secret de polichinelle », considère simplement M. Ankouraou, sur la même ligne que son homologue béninois Aurélien Agbenonci. « C’est un changement, qui obéit à certaines logiques que, peut-être, tout le monde ne maîtrise pas », explique ce dernier, interrogé lui aussi sur la position de son pays.

« Le Bénin a comme doctrine de s’aligner sur les positions prises par l’Union africaine. L’UA a endossé la candidature de Mme Mushikiwabo (en juin dernier à Nouakchott, NDLR), et il était naturel que le Bénin reste dans la démarche qui est celle de l’Union africaine », confie le représentant de Porto-Novo, qui précise qu’il est resté en contact avec Mme Jean tout du long.

Une victoire rwandaise qui ne fait pas non plus l’unanimité

Si consensus il y a, il ne faudrait pour autant pas croire que la victoire rwandaise fait l’unanimité. Sylvie Adoukonou, consultante internationale franco-béninoise invitée au forum économique organisé en marge du sommet de l’OIF à Erevan, a été marquée par le lâchage de Micaëlle Jean. Elle exprime toute sa déception sur les antennes de RFI :

« En tant que citoyenne et femme, je suis déçue », lâche-t-elle, jugeant cette bataille « inélégante ». « Je ne comprends pas comment tous nos chefs en sont arrivés là. Je pense que Mme Jean a été humiliée, je le pense. Ce n’est pas digne de nos chefs. La Francophonie est connue aujourd’hui plus qu’autre chose pour cette bataille. On aurait pu l’éviter. »

L’heure est à l’étape suivante, mais il faudra tirer des conséquences, estime la Franco-Béninoise : « Nous avons une grande dame qui prend les rênes de la Francophonie, je lui fais absolument confiance et elle fera le job. Mme Jean a été à la Francophonie, elle a fait ce qu’elle devait faire, ce qu’elle a pu (…) Cette élection doit servir de leçon à tout le monde. »

Nord sud journal avec Rfi