All for Joomla All for Webmasters

REPORT DES LÉGISLATIVE: Ce qu’en pensent l’ADP Maliba, Cheick Modibo Diarra et Soumaila Cissé

Le report des élections législatives au Mali continue à faire couler beaucoup d’encre au sein de la classe politique malienne. Il est perçu comme une victoire de l’opposition par certains observateurs.

Après un premier rejet, la Cour constitutionnelle s’est prononcée favorablement au report des dates des élections législatives et donc à une prorogation de 6 mois du mandat des députés. Initialement prévues entre le 28 octobre et le 25 novembre 2018, les élections législatives ont été reportées à 2019, sur décision de la Cours constitutionnelle, suite à la demande du Premier ministre Soumeïlou Boubey Maïga. Les raisons justifiant le report des élections législatives seraient liées, selon certaines sources, au projet de découpage territorial, à la grève des magistrats et aux difficultés financières que traverse le pays. La décision du gouvernement de reporter les législatives a engendré des divergences au sein de la classe politique. Et au sein même de la majorité présidentielle, des voix s’élèvent fortement contre cette décision.

Corriger les irrégularités

Le parti du Rassemblement pour le développement du Mali (RPDM) de Ckeick Modibo, arrivé en quatrième position lors de la dernière élection présidentielle, préfère dans un « souci régalien » s’aligner derrière la décision de la Cour Constitutionnelle. « Il y a eu des irrégularités constatées lors de la présidentielle et nous espérons que ce report permettra de les corriger tout en permettant d’installer un dialogue inclusif et constructif pour un meilleur climat politique dans le pays », nous dit Yehia Maiga, porte-parole de Cheick Modibo Diarra. Pour le RPM, dans les conditions actuelles, l’intérêt du pays doit être mis au-dessus de tout même si cette décision viole la constitution malienne. Tout comme Cheick Modibo Diarra qui n’avait appelé à voter ni pour IBK ni pour Soumaila Cissé au second tour de la présidentielle. Aliou Boubacar Diallo accueille favorablement cette décision de report des élections législatives. Pour L’ADP-Maliba de l’homme d’affaires Aliou Boubacar Diallo, qui était classé en troisième position juste derrière Soumaila Cissé lors de la présidentielle, cette décision constitue une trêve qui s’inscrit dans le cadre des reformes indispensables au processus d’organisation des élections. Avec la date de report, des actions peuvent donc être menées afin de corriger les imperfections du système.

Victoire

Pour l’ADP-Maliba, l’heure presse pour mettre en place un cadre de dialogue inclusif qui regroupe l’ensemble des acteurs de la place car, comme le dit Cheick Oumar Diallo, le secrétaire politique de l’ADP-Maliba, la construction du pays ne relève pas uniquement des actions menées par la mouvance de la majorité présidentielle. La coalition qui avait soutenu la candidature de Soumaila Cisse lors de la dernière présidentielle se dit aussi satisfaite de ce report. « Soumaila Cissé a battu campagne pour le report des dates des législatives craignant le scénario de la présidentielle qu’il juge d’ailleurs truffée d’irrégularités », dit Nouhoum Togo, porte-parole de Soumaila Cisse. Qui ajoute : « il était inopportun d’organiser des législatives dans le climat actuel du pays, secoué par diverses crises auxquelles s’ajoute le document du projet de découpage administratif dont le contenu est fortement décrié ». Cependant, si le RDPM de Cheick Modibo Diarra, l’ADP-Maliba de Diallo et Soumaila Cissé ont accueilli favorablement cette décision de report des élections législatives, ce n’est pas le cas d’une partie de la majorité présidentielle qui souhaite surfer sur les acquis de la campagne des élections présidentielles pour se tailler la place du lion à l’Assemblée nationale.

Par Khadydiatou SANOGO