All for Joomla All for Webmasters

ORPAILLAGE À KIDAL : Le danger de l’utilisation du mercure plane sur les populations

Dans la région de Kidal, des orpailleurs mènent une intense activité à la recherche de l’or. Depuis quelques mois, les orpailleurs utilisent des machines modernes mais aussi des produits chimiques prohibés sur les sites, à l’origine d’un problème de santé publique et environnemental.

Depuis janvier 2015, Kidal connait de plus en plus d’activités liées  à l’exploitation de l’or, à travers des sites d’orpaillage découverts un peu partout dans la région. Au tout début des activités, les premiers sites d’orpaillages étaient  très éloignés des zones habitées, mais la donne a changé depuis la découverte des nouveaux sites en janvier 2018, non loin de la ville Kidal. Parmi ces sites, celui d’Igouzar, à 40 kilomètres de Kidal, est le plus important.

Problème écologique

Plus de 3000 personnes y travaillent. « Parmi ces orpailleurs, on trouve des Soudanais, des Tchadiens, des Burkinabés, des Nigériens, des Algériens et beaucoup d’autres subsahariens », selon une source proche de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) qui assure la sécurité de ce site. Les ex rebelles ont mis en place un dispositif installé autour du site d’orpaillage La CMA joue aussi le rôle de la police en cas de conflit entre orpailleurs. En échange de cette protection, chaque orpailleur doit verser une taxe. Au départ, les orpailleurs utilisent des techniques artisanales pour chercher l’or, mais depuis quelques temps, ils utilisent du matériel moderne notamment des d’appareils de filtration d’or, installés aux alentours de la ville de Kidal mais également à Igouzar où une activité intense est menée de jour comme de nuit par des orpailleurs qui utilisent plusieurs techniques pour trouver l’or. La plus utilisée de toutes ces techniques est celle associée au mercure, produit chimique très nocif pour la santé et l’environnement, dont l’utilisation est prohibée. Après l’utilisation de mercure, l’eau est déversée dans la nature et devient un véritable poison pour les animaux en pâturage dans ces zones. Au-delà du véritable problème écologique qu’engendrent cette exploitation et l’utilisation anarchique des produits toxiques,  se pose également un problème de santé pour la population. Août 2018 : les Kidalois assistent à l’apparition de nouvelles maladies dans les zones d’orpaillage, qui  touchent en premier lieu les animaux puis les hommes. «  Ces derniers temps, des cas de morts d’animaux sont de plus en plus recensés dans la zone d’orpaillage.  Mais les animaux ne sont pas les seules victimes.

Manifestation

Des pathologies d’origine inconnue sont détectées parmi les riverains de ces sites d’orpaillage et ce phénomène en inquiète plus d’un », nous confie un habitant de Kidal. Face au phénomène, la population commence à s’organiser pour dénoncer la dégradation de la santé des habitants de Kidal. Début octobre, les populations de Tin Zaouaten ont organisé une manifestation contre les dangers que posent les sites d’orpaillage dans la région de Kidal. Les leaders de la Coordination des mouvements de l’Azawad étaient interpelés  par les populations de Kidal sur les dangers que représente l’utilisation de mercure dans l’orpaillage.   Le 5  juillet 2018, la CMA a demandé aux orpailleurs de délocaliser leurs machines d’extraction d’or en dehors de la ville de Kidal. Cependant, à Igouzar le problème reste d’actualité car aucune disposition n’a encore été prise.

Cette situation inquiète beaucoup les populations mais également les professionnels de la santé, d’autant plus que l’utilisation abusive de ce produit toxique continue sans la moindre précaution. En attendant les habitants de Kidal continuent de subir les conséquences de l’utilisation du mercure.

Baye Ag Mossa, à Kidal