ACCORD DE PAIX: Démarrage effective du DDR au Nord

Après le lancement officiel du Désarmement, démobilisation et réinsertion à Gao le 6 novembre dernier, les ex combattants avaient posé des conditions. Après plusieurs jours de discutions, les divergences semblent être dissipées et l’enrôlement a commencé dans toutes les régions du nord.

Le lancement officiellement du démarrage du Désarmement, démobilisation et réinsertion accéléré a été fait le 6 novembre dernier à Gao par le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, les représentants des mouvements signataires de l’accord de paix et plusieurs autres acteurs impliqués dans le retour de la paix au Mali. Cependant, les ex rebelles ont posé des questions avant leur désarmement. Il s’agit entre autre de la reconnaissance officielle de leur grade par l’armée malienne et le nombre d’effectifs des ex rebelles à enrôler dans l’armée.

Face au refus des ex rebelles, le ministre Lassine Bouaré a fait des concessions et le 8 novembre dernier, dans une « note explicative » signée par lui-même et les parties mouvements signataires de l’accord de paix, Bouaré ordonne l’enrôlement des ex re-belles avec leur grade mentionné sur leur nouvelle carte militaire et la tranche sur le sujet du nombre des ex combattants à enrôler, notamment à Tombouctou où le sujet a constitué le blocage. Ainsi ce même jour à Gao, l’enrôlement des ex rebelles a com-mencé. Alors qu’a Tombouctou, le gouvernement voulait traiter le DDR accéléré des ex rebelles et les anciens déserteurs de l’armée malienne qui avaient fait défection lors de la rébellion en 2012. « Le nombre de ces anciens membres de l’armée varAie entre six et neuf cent et sont repartis en trois catégories. Il y a ceux qui étaient hors de tout sys-tème et qui étaient chez eux en territoire malien, la deuxième catégorie est constituée de ceux qui se retrouvent dans le camp des refugiés et la troisième catégorie est celle des soldats qui avaient rejoint les mouvements armés », explique le colonel Nagi, de l’armée malienne chargé de traiter la question de ces anciens militaires. Finalement sur ce point qui constituait le blocage à Tombouctou, le ministre Bouaré a tranché. Le DDR accéléré ne concernera que les ex rebelles pour un premier temps et dans un second temps, les déserteurs. « Ces déserteurs retrouveront leurs grades au moment de leur défection de l’armée et la période de leur absence sera compté dans leur ancienneté au sein des Fama », assure le colonel Nagi. Le DDR accéléré de la région de Tombouctou doit commencer donc ce lundi 12 novembre.

La seule région qui n’a pas connu grand blocage, c’est celle de Kidal où l’enrôlement a commencé depuis la semaine dernière. D’ici la fin de ce mois de novembre, ils seront mille six cent ex rebelles enrôlés dans l’armée mais leur mission reste la même que celle du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC). La sécurisation des autorités intérimaires, les camps de cantonnement et la formation d’une unité anti-terroriste.

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...