Achat des hélicoptères Puma: Un scandale à 40 milliards des Francs CFA 

Mali, scandale, helicoptère, 40 milliards,

Un rapport sur l’achat des hélicoptères des combats Puma cloués au sol par faute de maintenance relève qu’une grosse affaire de corruption de 40 milliards des francs CFA. Selon nos informations, le général de Brigade Souleymane Bamba qui était à l’époque chef de l’armée de l’air a été relevé de ses fonction et assigné à résidence surveillée.

Décidément au Mali, les politiciens ne sont pas les seuls atteints de la maladie de la “Magouillose”, mais des hauts gradés de l’armée aussi souffrent de cette maladie. Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita était le premier à en parler ouvertement dans une interview à Jeune Afrique paru le 30 juin dernier. Les hélicoptères de combat Puma sont cloués au sol faute de maintenance.

Ainsi pour trouver une solution à la maintenance de ces aéronefs, une mission conduite par l’actuel chef d’Etat major de l’armée de l’air, le général de Brigade Daouda Dembélé s’était rendu en France chez le concessionnaire. Sur place, cette mission découvre des graves anomalies lors de l’achat des hélicoptères en questions.  Selon nos sources, l’ancien chef de l’armée de l’air, le général Souleymane Bamba avait dissimulé au gouvernement des clauses dans le contrat d’achat de ces hélicoptères afin “d’empocher” 40 milliards des Francs CFA comme pot de vin.

Sécurité militaire

Selon une source aux renseignements militaires, certains aéronefs comportaient la mention épave et étaient interdit de survol en Europe et aux USA. Le chef d’état-major de l’Armée de l’Air, le général de Brigade Daouda Dembélé a informé le ministre de la défense Dahirou Dembélé de cette découverte de magouille en affirmant que ces hélicoptères sont inutilisables avant une révision entière des nouvelles acquisitions avec un nouveau contrat pour la maintenance.

Pour faire le recoupement de ces informations du concessionnaire, la présidence a convoqué l’ancien chef d’État-major des armées, le général Bemba Moussa Keita pour écouter sa version des faits. Si rien n’a filtré de l’interrogatoire du général Bemba Moussa Keita, le gouvernement malien a limogé la semaine dernière le général incriminé, Souleymane Bamba et a été remplacé par le général Abdrahmane Baby. Le 16 juillet dernier, le général Souleymane Bamba est placé à résidence surveillé et des éléments de la sécurité militaire étaient visible autour de sa résidence.

Selon nos informations, le général Souleymane Bamba n’est pas la seule cité dans ce scandale. L’achat des appareils concernés était fait à la veille de l’élection présidentielle de 2018 et les noms des certains politiciens sont également cités. C’est d’ailleurs cette complicité avec certains policiers qui a fait que le général Bamba était promis chef d’État-major adjoint des armées au mois de mars.

Lire aussi

Barkhane au Mali : avec la chute du Président IBK, Laurent Bigot «nous n’avons plus de légitimi...

Alors que la junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali redessine les rapports de forces politiques, quel doit être ...

Mali : l’instant de la vérité a sonné « marquage à la culotte » entre la junte et les chefs ...

Les Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) mettent la pression sur l...

Mali: ce que propose le mouvement Maliens Tout Court pour une transition réussie...

I. CONTEXTE Au cours de ces soixante ans d’indépendance, le Mali a connu plusieurs crises mais celle de 2012 a été ...

Mali : au moins 19 nominations au sein des FAMa, le CNSP prend goût au pouvoir...

Alors que toute l’attention se porte sur comment organiser la transition d’après, CNSP, le Conseil national pour le...