Algérie : Abdelaziz Bouteflika réorganise l’armée

Abdelaziz Bouteflika, le 9 avril 2018 à Alger. © REUTERS/Ramzi Boudina
Abdelaziz Bouteflika, le 9 avril 2018 à Alger. © REUTERS/Ramzi Boudina
Abdelaziz Bouteflika, le 9 avril 2018 à Alger. © REUTERS/Ramzi Boudina

Le président algérien a mis fin aux fonctions de deux hauts fonctionnaires de l’armée, mercredi 22 août. D’autres limogeages pourraient intervenir dans les prochains jours.

À moins d’un an de la présidentielle algérienne prévue en avril 2019, un grand coup de balai est en cours dans l’appareil sécuritaire. Après le limogeage-surprise du directeur général de la sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, en juin, et la vague de départs qui s’en est suivie dans la police et la gendarmerie, c’est au tour des structures de l’armée d’être remaniées.

Deux poids lourds écartés

Abdelaziz Bouteflika a mis fin ce mercredi 22 août aux missions du patron de la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA), le général-major Mohamed Tirèche, dit « Lakhdar ». L’annonce a été faite à la mi-journée par la chaîne d’informations en continu Ennahar TV.

Le général Boumediene Benattou, Contrôleur général de l’armée, est lui aussi remercié, et remplacé à ce poste par l’ancien directeur central de l’intendance, le général-major Hadji Zerhouni.

Le général-major Lakhdar Tirèche dirigeait la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA) depuis juin 2013. Cette importante direction dans l’organigramme du ministère de la Défense est chargée de la protection du personnel et des infrastructures de l’armée. Elle dépendait du Département du renseignement et de la sécurité (DRS, dissous en 2015) avant d’être rattachée au ministère de la Défense nationale durant l’été 2013.

D’autres limogeages à venir

Selon Ennahar TV, le ministère algérien de la Défense nationale justifie ces mouvements par la nécessité de « professionnalisation et rajeunissement » des structures militaires. Pour l’heure, ni le ministère de la Défense ni la présidence de la République n’ont officiellement confirmé ces informations.

La semaine dernière, des médias se faisaient l’écho de changements dans l’architecture territoriale de l’armée, avec le départ des commandants des  1ère et 2e régions militaires (RM), les généraux-majors Lahbib Chentouf et Said Bey, respectivement remplacés par les généraux-majors Ali Sidane et Meftah Souab. Ce dernier occupait le poste de commandant de la 6ème Région militaire, celle qui jouxte le Mali et le Niger. Son successeur dans cette zone extrêmement sensible n’est pas connu.

Quant à Ali Sidane, il sera officiellement installé dans ses nouvelles fonctions, jeudi 23 août à Blida, par le chef d’état-major algérien et vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah.

Une partie de la presse algérienne anticipe de nouveaux départs, notamment dans le commandement des 4e et 5e régions militaires, qui longent la frontière avec la Tunisie et la Libye.

JA

Lire aussi

Mali, violations droits humain, fama,gatia,

Mali : à Douentza, « les corps sans vie des peuls sont abandonnés comme ceux des vaches en saiso...

La scène est irréaliste. À trois kilomètres du poste de l’armée malienne, à l’entrée de la ville de Douentza ...
Banamba djihadiste attaque

Burkina : ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul isl...

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier a...

Lutte anti-corruption au Mali : les dossiers de l’avion du président IBK et les équipements mili...

Amadou Baïba Kouma, Sidi Mohamed Kagnassi, Mme Boiré Fily Sissoko ancienne ministre des Finances … et Moustapha Ben ...

Accord d’Alger-opérations militaires : IBK face à ses paroles !...

L’homme avait habitué les Maliens à pointer du doigt les autres, accusant ses prédécesseurs de tous les péchés d...