Attaque meurtrière à Sobane da : « j’ai appelé l’armée le soir à 21 heures, mais les militaires ne sont venus que le lendemain 9h », Ali Tolo, maire de Sangha

Mali, ONU, Presence casque bleu, centre,

Le maire de la commune de Sangha, chef-lieu de la commune à laquelle appartient le village de Sabaneda, attaqué le 10 juin par des hommes armés, est sur pied depuis le jour de l’attaque. Il était le premier responsable à venir dans le village après l’attaque mais le premier à fournir le premier bilan. Il nous revient sur cette attaque meurtrière.

Vous avez évoqué un premier bilan de 95 morts, le gouvernement parle aujourd’hui de 35 morts. Pourquoi cette différence de chiffre ?

Je ne voulais pas me tarder sur ce sujet, car la situation est très grave pour polémiquer sur le bilan. Nous avons utilisé une méthode que le gouverneur de la région n’a pas utilisé. Lorsque je suis arrivé le matin, je suis passé devant chaque famille, et j’ai compté le nombre survivant et nous avons considéré que ceux qui manquent à l’appel étaient morts. C’est comme ça qu’après le décompte, nous nous sommes retrouvé avec le chiffre 95 morts. Alors que lorsque le gouverneur est arrivé, son équipe est allé plutôt chercher le corps dans les décombre dont certains étaient calcinés. Après décompte nous avons compté 35 corps sans vie.

Comment est-ce que l’attaque s’était déroulée?

L’attaque a commencé vers 17 heures. Les assaillant étaient venus d’abord sur 6 motos. Ils ont fait des sommations. Les habitants sont entrés dans les villages puis quelques temps après, huit autres motos sont arrivées en renfort et c’est en ce moment qu’ils ont pénétré dans le village et ont commencé à attaquer les villageois. C’est vers 19 h que j’ai eu l’information. Après vérification, j’ai appelé l’armée depuis le soir à 21 heures, mais les militaires ne sont venus qu’au lendemain 9h de leur base de Diankabou, à une vingtaine de kilomètre de là. L’armée n’a pas intervenu tout de suite pour secourir les villageois alors que l’attaque n’a pris fin que vers zéro heure. Vers 2 heures, le chef du village m’appelle pour m’informer des dégâts que les assaillants ont laissés derrière eux.

Quel est le bilan actuel ?

Actuellement, nous avons compté 108 rescapés dans le village, 35 morts, 9 neuf blessés et 84 personnes portées toujours disparues.

Qui sont les assaillants ?

Les rescapés et le chef du village nous affirment que les assaillants parlent peuls et crient Allah Akbar Allah Akbar. Le chef du village lui-même a reconnu des habitants des villages voisins parmi les assaillants.

Le village est dans quel état aujourd’hui ?

Dans un état désastreux. Nous avons amené les 108 rescapés dans une école du village de Koundou, situé à 17 km de là. Quelques jeunes et le chef du village en plus le premier responsable de l’église du village sont restés sur place pour aider les enquêteurs et accueillir les officiels en visite.  Les villageois sont dans un état de choc psychologique grave. Ils ont réussi tout de même l’aide du gouvernement, sous forme de don. Quelques sacs de riz et trois millions des francs CFA.

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...