Au Mali : Coup d’état militaire, 4 propositions au Comité National pour le Salut du Peuple

Coup d’état militaire au Mali, le vin est tiré il faut le boire. Quatre propositions au Comité National pour le Salut du Peuple. Le CNSP a sonné le glas du régime d’Ibrahim Boubacar Keita la nuit du mardi 18 août 2020. Le coup d’Etat du CNSP, bien qu’étant  un acte imprescriptible selon  la Constitution du 25 février 1992 en République du Mali, semble avoir l’adhésion d’une très grande frange du peuple qui le considère comme salvateur et libérateur.

Donc les maliens dans leur grande majorité semble choisir le mal pour remédier au pire. Auréolé du soutien sans faille de l’armée, de la classe politique et de la société civile, le CNSP semble avoir la légitimité pour conduire la transition et cela  de concert avec les forces patriotiques. Pour mener à bien cette transition, voici quatre propositions.

La première proposition serait de choisir une personnalité neutre pour diriger la transition

Le choix de la personnalité, de préférence qui ne serait ni politique, ni religieuse, pour diriger la transition est très important, car dans le contexte de bipolarisation de la scène politique, il serait difficile de trouver un homme ou une femme de consensus. Alors, qu’il vaut mieux avoir une personnalité forte, neutre et consensuelle qui serait à équidistance de toutes les forces sociopolitiques, plutôt que de choisir quelqu’un de telle ou telle obédience politique ou religieuse. Cette personnalité ne devrait non seulement pas trainer des bruits de casseroles derrière lui, mais aussi et surtout, ne doit pas être  estampillé partisan de tel mouvement politique ou religieux. Son choix devrait recueillir l’assentiment de toutes les forces sociopolitiques qui épousent les idéaux  du CNSP.

Deuxième proposition : S’atteler très rapidement à la mise en place d’un gouvernement de missions ou d’union nationale

Loin d’être un partage de gâteau entre les forces vives de la nation et la junte militaire, ce gouvernement, s’il ne doit pas perdre son caractère inclusif, ne devrait pas également être un fourretout. Il doit comporter des hommes et des femmes dont l’intégrité physique comme morale ne souffre d’aucune contestation et ayant une certaine compétence. Les membres du gouvernement  doivent être des  patriotes avérés. En effet, le Gouvernement dont rêvent les maliens est celui qui s’attaquera dès sa prise de fonctions aux différentes crises notamment celle sécuritaire et la crise sociopolitique. La réussite de la transition dépendra en grande partie de la résolution par l’équipe dirigeante de la transition, des crises récurrentes depuis 2012. Il serait préférable de mettre l’accent sur les jeunes et les femmes, car les premiers ont suffisamment d’énergie et les deuxièmes ont la volonté de bien faire. Le Gouvernement de missions créera ensuite les conditions de la tenue d’une conférence nationale souveraine.

Troisième Proposition : Convoquer rapidement  une conférence nationale souveraine

Cette conférence nationale qui devrait permettre souverainement au peuple malien de tracer une nouvelle voie, celle de l’unité, du progrès et de la démocratie, doit être inclusive. Les participants à cette conférence doivent venir es-qualité, autrement dit,ils doivent être choisis sur la base de leur représentativité, de leurs capacités d’analyse, de proposition. Cette conférence nationale aura l’avantage de dessiner le futur pour le Mali. Elle jettera les bases des réformes indispensables pour notre démocratie et pour la gestion des ressources du pays. Elle devra être totalement souveraine pour nous permettre de passer de la troisième à la quatrième République, avec la mise en place des textes consacrant la séparation véritable des pouvoirs et surtout ceux pour la gestion efficiente, transparente  des élections.

Quatrième Proposition : Remettre tous les dossiers liés au détournement à la Justice

Le coup d’Etat aura perdu tout son sens s’il ne permettra pas au peuple d’entrer en possession des biens qui lui ont été volés par une minorité. Les multiples dossiers en souffrance doivent être transmis à la justice pour leur donner la suite judiciaire appropriée. Si tant est que la corruption, la gabegie, le népotisme ont été l’une des causes de la mutinerie, alors la lutte contre la corruption doit occuper une place de choix dans la gestion de la transition. Pas de chasse aux sorcières, mais que le droit soit dit dans toute sa rigueur. Pour ce faire, la personne la mieux indiquée est l’ancien ministre de la Justice garde des sceaux Me Malick Coulibaly, pour avoir posé des actes très courageux sous IBK. Me Malick Coulibaly est aujourd’hui parmi les hommes de droit les plus intègres et les plus audacieux.

En définitive, la réussite de la transition qui pointe à l’horizon dépend d’un certain nombre de facteurs notamment le choix des hommes, d’actions politiques et surtout avoir une vision et des ambitions pour le pays. Donc, au lieu de rester attentif au son strident de la Communauté internationale, il vaudrait mieux pour nous maliens de nous  donner la main pour tracer la voie de l‘avenir

Avec inf@sept

Lire aussi

Mali : Premier ministre Moctar Ouane, prise de contact avec le cabinet et les services rattachés...

Moins de 24 h après sa nomination, le Premier ministre de la Transition, Moctar Ouane a tenu à recevoir ses collaborat...

Mali : la liste des Aigles du Mali élaborée pour les deux prochains matches amicaux...

L’équipe nationale de football du Mali, la liste des joueurs pour les deux prochains matches amicaux, a été élabor...

Mali : les raisons du maintien des sanctions de la CEDEAO malgré le choix d’un premier ministre c...

Le Mali est loin  de rétablir  les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins &nb...

Mauritanie : l’ex-président Abdel Aziz interdit de quitter Nouakchott...

Le procureur de la République de Nouakchott-Ouest a interdit vendredi soir à Mohamed Ould Abdel Aziz de quitter l...