Au Mali: la grève dans plusieurs secteurs divise

Population et économistes sont divisés sur la grève dans les secteurs public, parapublic et privé entamée lundi.

Dans les hôpitaux, les tribunaux ou encore les banques. Les salariés maliens de ces différents services sont appelés à la grève depuis lundi au Mali, et pour cinq jours. Grève lancée par l’UNTM, première organisation syndicale du pays, en quête d’une revalorisation et d’une harmonisation des salaires des travailleurs des secteurs public, parapublic et privé. Mais certains soupçonnent les grévistes de vouloir saper le processus de transition avec des revendications d’ordre politique.

Car c’est la deuxième fois en un mois que les syndicalistes de l’UNTM observent un mot d’ordre de grève. La dernière fois, entre le 18 et le 20 novembre dernier, la centrale syndicale avait décrété une cessation de travail de 72 heures. 

Pas d’ambitions politiques pour Yacouba Katilé

Très peu en vue sur le front syndical durant les sept ans d’IBK au pouvoir, nombre d’acteurs de la transition prêtent à Yacouba Katilé, secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali, des ambitions politiques. Celui-ci réfute ces accusations. « En tant que syndicat, nous allons exercer et défendre jusqu’au bout nos droits », explique-t-il.

Et d’ajouter : « D’ores et déjà, nous avons pris des dispositions pour cette grève, en ce qui concerne notamment nos structures d’affiliation au niveau international et éventuellement le BIT (Bureau international du travail) par rapport à cette question. Nous en sommes là aujourd’hui, demain la position peut changer, mais pas dans un cadre de vouloir faire du mal. Mais si ce qui doit être réglé aujourd’hui n’est pas fait, cela peut se compliquer demain. »

Certains Maliens se préparent déjà à cette éventualité dans les jours à venir. Mais d’autres ne comprennent tout simplement pas la décision de l’UNTM de faire grève en cette période de transition. « On ne sait jamais ce qui va se passer après. Il faut donc se préparer à tout pour contourner ce genre de situation qui rend la vie très difficile », se plaint un habitant de Bamako. « Les grèves en général ont toujours été liées à des problèmes politiques. De mon point de vue, il est trop tôt pour faire des revendications à l’endroit de la transition qui est au pouvoir au Mali », estime un autre.

Pertes économiques

Pour Amadou Bamba, économiste, au-delà de l’aspect politique, les cinq jours de grève de l’UNTM provoqueront une perte de plusieurs dizaines de milliards de francs CFA pour l’économie nationale, notamment dans le secteur des douanes. « La douane fait une recette hebdomadaire de 34 milliards de francs CFA. Si nous tentons d’évaluer les pertes quotidiennes en raison de cette grève, on se retrouvera avec 5,6 milliards de perte par jour. Ce qui constitue un coup dur pour notre économie. »

En visite en Côte d’Ivoire, le président de transition Bah Ndaw a dénoncé, « l’inconscience des grévistes ». Ces propos ont poussé les syndicats à quitter la table des négociations.

Dw.com

Lire aussi

Mali: liberté provisoire pour l’artiste Sidiki Diabaté...

Le juge d’instruction du tribunal de grande instance de la commune III de Bamako a accordé au chanteur malien Sid...

Barkhane: trois soldats français ont été tués au Mali...

Trois soldats français ont été tués lundi par une bombe artisanale dans la zone des “trois frontières”, dans le...

Mali: l’AMDH se « réjouit des conditions de détention » des cinq personnalités initialement a...

Arrêtées et détenues par les services de renseignement pendant une semaine, cinq personnalités civiles, dont le cél...

Décès de Soumaila Cissé: la dépouille mortelle arrive le 31 décembre au Mali...

La dépouille mortelle de Soumaila Cissé arrive à Bamako, jeudi, et son enterrement est prévu vendredi 1er janvier 20...