Bamako: ces agents de la mairie qui vous traquent


La circulation routière est régie par des lois qui sont très peu respectées chez nous. Pour y trouver un début de solution, la mairie du district a pris un certain nombre de mesures contre ceux qui se garent mal ou qui vendent là où ce n’est pas autorisé.

Nous sommes en plein marché, dans la rue Déguétigui carré.Des hommes en tenue kaki, marquée de 3 trois caïmans, d’où leur nom Bamani Saba, poursuivent à pied une camionnette pendant que d’autres y sont. La voiture s’arrête et ceux qui sont à pied prennent une moto et la tendent à ceux qui sont dans la camionnette, sans mot dire. Ces derniers la prennent et la rangent aux côtés de celles qui y sont déjà. Le camion plein, il se dirige vers la mairie pour décharger son contenu. Les propriétaires devront s’y rendre pour payer une contravention pour s’être mal garés. Qui ne se souvient pas de la période de gouvernance de Mme Ami Kane à Bamako ?

Il y avait eu une sorte de chasse aux sorcières, surtout à l’approche du sommet Afrique – France. Pour, dit-on, rendre la ville de Bamako coquette aux yeux des visiteurs, on est passé casser des kiosques, des stands…des gens. Ces actions des hommes de la mairie énervent beaucoup certains usagers, qui passent leurs journées au marché. Les avis sont divisés. Cheick Oumar Diallo tient un kiosque de téléphones et a déjà été victime des agents de la mairie. Pour lui, ces derniers les harcèlent. Il raconte que la fois où il a été victime, il venait d’arriver et discutait avec son voisin quand sa moto a été saisie.

« Quand je me suis retourné, ils avaient déjà mis ma moto dans le camion. J’ai été obligé d’aller la chercher à la mairie ». Mais certains estiment que c’est bien que la mairie agisse comme ça. C’est une façon de discipliner les citoyens, disent-ils.

 Chaka, un taximan,pose la question de savoir ce que cela coûte aux gens de se garer dans un parking. Il ajoute : « lorsque vous vous garez devant les boutiques, vous obstruez la circulation et cela peut nuire aux autres. Qu’ils aillent simplement se garer dans un parking, c’est sécurisé et peu cher ».

Ce que certains déplorent surtout dans cette situation,c’est le manque d’information et de sensibilisation. Bâ Cissé, vendeur délivres, le souligne : « ils viennent ramasser les motos des gens tout le temps mais ils ne sont jamais venus dire pourquoi, ni sensibiliser les usagers.

 A la mairie, ils disent juste que nul n’est censé ignorer la loi. Cela est vrai mais la loi doit être expliquée pour être comprise ».

À bien y voir, le taximan a raison, car rien n’autorise les usagers à occuper illicitement les artères, mais nos camarades de la Brigade urbaine pour la protection de l’environnement (BUPE) se doivent de faire des sorties pour éclairer la lanterne des administrés. À la mairie, où siège la BUPE, nous avons essayé de discuter avec son premier responsable, mais ce dernier ne nous a pas reçus, malgré notre insistance, affirmant être très occupé. Cette réponse nous pousse à nous poser la question de savoir pourquoi les gens font de la rétention d’information?

Youssouf AG Ibrahim


Lire aussi

Ibrahima Diawara remise trophée Segou Mali

Mali: Ibrahima Diawara aux côtés de la jeunesse de Ségou...

Le président du Parti Mouvement Maliens Tout Court, Mouvement pour la solidarité et le développement (MTC-MSD), Ibrah...
Mali Berabich Tombouctou Taoudeni

Mali: Le Conseil Supérieur des Chefs BERABICH et Alliés engagés pour la stabilité sociale...

Poser le bon diagnostic et trouver des solutions porteuses à  la trilogie la paix, sécurité et développement, t...
Mali Indonésie

Mali-Indonésie: L’ambassadeur Wahyudin a présenté sa lettre de créances au Président de la tr...

L’axe Bamako- Jakarta nouvellement baptisée  » Nusantara » se bonifie. L’ambassadeur de l’Indonésie ...
Mali coton Diazon Ibrahima Diawara

Mali : le rendement record de 3 tonnes de coton à l’hectare de la société Diazon...

Alors que la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) doit annoncer la quantité de sa récolte cot...