BIRMANIE : L’ONU dénonce le «bain de sang»

Des habitants de Rangoun ont fui, mardi 16 mars, un quartier en proie à de violents affrontements, tandis que des familles de manifestants pro-démocratie enterrent leurs morts après le « bain de sang » – dénoncé par l’ONU – de ces derniers jours en Birmanie. Selon les ONG sur place, plus de 180 civils ont été tués par les forces de sécurité depuis le coup d’État du 1er février contre Aung San Suu Ky.

C’est un bilan qui s’est considérablement alourdi depuis le dimanche 14 mars : 74 manifestants sont morts lors de cette journée sanglante, 20 autres hier. Aujourd’hui, des habitants de la banlieue industrielle de Hlaing Tharyar, près de Rangoun, là où se trouvent un grand nombre d’usines textiles, ont fui le quartier. La loi martiale y a été décrétée dimanche après l’incendie d’une trentaine d’usines chinoises prises d’assaut par des manifestants. 

 Colère contre Pékin

La colère contre Pékin s’est intensifiée ces dernières semaines, un grand nombre de manifestants estimant que la Chine n’est pas suffisamment ferme vis-à-vis des généraux birmans. La Chine s’est déclarée « très préoccupée » pour la sécurité de ses ressortissants et a demandé aux autorités de prendre des mesures pour « éviter résolument que de tels incidents ne se reproduisent ».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a dénoncé, par l’intermédiaire de son porte-parole Stéphane Dujarric, un « bain de sang ». Il a également appelé la communauté internationale « y compris les acteurs régionaux, à se rassembler en solidarité avec le peuple birman et ses aspirations démocratiques ». Actuellement, toute personne interpellée dans les cinq cantons de Rangoun où la loi martiale a été instaurée, risque d’être renvoyée devant un tribunal militaire, avec une peine minimale de trois ans de travaux forcés.

 Les prix flambent

Les prix des denrées alimentaires et de l’essence flambent en Birmanie depuis le coup d’État militaire, risquant d’aggraver les conditions de vie des plus vulnérables, s’est alarmé mardi le Programme alimentaire mondial (PAM).

Source : rfi.fr

Lire aussi

BOUBACAR GAOUSSOU DIARRA: « Il faut se réjouir de l’accord de Farabougou, mais pas en faire un m...

Boubacar Gaoussou Diarra, ambassadeur malien, dirige le secrétariat permanent du cadre politique de gestion de la crise...

LANCEMENT DE CAMAPAGNE POLITIQUE AVORTE A MOPTI : Seydou Coulibaly affiche ses ambitions pour Koulou...

La Venise malienne (Mopti) devrait servir de cadre au lancement du Mouvement politique, Benkan Koura, de Seydou Mamadou ...

COVID-19/ MALI : De nouvelles restrictions pour gérer la flambée des cas de contamination...

Les dernières données indiquent une très forte avancée des cas de Covid-19 au Mali. Le jeudi dernier, plus de 400 ca...

INSECURITE-TERRORISME : Sikasso infectée par les djihadistes ?...

Après les Régions de Mopti et de Ségou, c’est celle de Sikasso qui se trouve sous la menace des djihadistes. Tous l...