Bocary Tréta : ça passe ou ça casse

BMS, Mali, Bocari Treta, PCA,

Le Président du Rassemblement pour le Mali (RPM), Bocary Tréta, ancien directeur de campagne du Président IBK à la présidentielle de 2018 a une énorme peine à asseoir son pouvoir. Pourtant il tente par tous les moyens d’occuper un poste majeur…

Le Dr BocaryTréta a de la peine à gérer le peloton du Rassemblement pour le Mali (RPM) depuis qu’il a été élu à la  tête de son bureau politique national, lors du 4èmeCongrès du parti,en 2016. Selon plusieurs témoignages, c’était la consigne de vote donne par IBK qui avait permis à Tréta de prendre la tête du parti. D’aucun se rappellent encore les innombrables allers-retours du Palais de la culture à Sébénikoro avec des propositions de  listes de membres du bureau et un IBK ferme sur son choix, celui de faire de Tréta le Président du parti.

Poste de Premier ministre

Mais depuis que Bocary Tréta est à la tête du RMP, il ne cache plus ses ambitions et mise dans son viseur, le poste de premier ministre. Dans la foulée de son élection du poste de président du RPM, alors qu’il était ministre du Développement rural, Tréta avait fait parler de lui en transformant la salle du Conseil des ministres en oratoire russe. Il a échangé longuement dans cette langue avec l’ex ministre des finances Mamadou Igor Diarra malgré les injonctions du premier ministre de l’époque Modibo Keita. Cet incident lui a valu d’être chassé du gouvernement. Mais Tréta a toujours voulu occuper le poste de Premier ministre après s’être réconcilié avec IBK. Entre 2013 et 2017, son nom revenait comme premier ministre à chaque changement du chef de gouvernement mais à chaque fois c’est le nom d’une autre personne qui arrive. En 2017, Bocary Tréta déchantera très vite face à la nomination de Soumeïlou Bouye Maïga, avec lequel il entretient des relations tendues, selon certaines sources. Bonan, malan, le Président du RPM, tentera de sauver les meubles et affichera une bonne figure face au choix d’IBK. Le navire RPM chavire et celui en qui IBK a placé sa confiance en le nommant Directeur de sa campagne à la présidentielle de 2018 ne semble pas être « l’homme de la situation ». Certains membres du parti avaient confessé que Tréta avait pris de l’argent avec beaucoup de gens qui avaient soutenu la candidature de IBK sans que cet argent soit déclaré et mis à la disposition de la campagne.

L’implosion

Après l’élection présidentielle 2018, et contre l’avis de plusieurs membres de son parti, Bocary Tréta revient à la charge et tente de se placer sur la liste RPM en commune V pour la course aux législatives. Son objectif cette fois-ci c’est la présidence de l’Assemblée nationale. Il veut remplacer Issiaka Sidibé, un proche du président IBK. Mais il est confronté au refus du président des jeunes de son parti, Moussa Timbiné, 1erVice-président de l’Assemblée Nationale. Bocary Tréta n’a su être le bon tisserand,  sa toile s’est déchirée et le parti est au bord de l’implosion. Le 1er tisserand a failli à sa mission de rallier à lui les militants du parti. Résultat, une cascade de démissions de cadres, d’élus et de militants qui  désertent le parti. Comme pour dire que la poisse le suit dans toutes ses actions, éternellement contesté et désavoué, Tréta semble avoir du mal à asseoir son pouvoir et être pris dans un tourbillon le conduisant  au précipice, ce qui n’est pas sans conséquences sur la gouvernance d’IBK.

Khadydiatou SANOGO

Lire aussi

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...

Police au Mali : nouvelles quittances pour mettre fin aux magouilles sur les routes maliennes...

Malick Coulibaly, le ministre de la Justice, a livré des carnets de quittance aux directeurs régionaux de la police le...