Burkina Faso-Mali : Un soldat français tué par des tirs djihadistes près de la forêt Fhero

Un soldat français dans un blindé lors d’une patrouille dans le désert malien. @Barkhane

L’opération tripartite de ratissage s’approche de la forêt de Fhero sur la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, où sont cachés les djihadistes de Maalam Ibrahim Dicko. Un soldat français a été tué mercredi après-midi près de la frontière côte malien  dans « un accrochage avec des terroristes lors d’une opération dans le sud-est de ce pays », ont annoncé jeudi la présidence et le ministère de la Défense français jeudi 6 avril. « C’est un engin explosif improvisée télécommandé qui a cible le francais. Les djihadistes avaient laissé passer les forces burkinabe qui étaient à la tête de la patrouille, puis c’est au passage des soldats français que l’engin a été actionne à distance », détail une source bien informée sur les mouvements de djihadistes.

Échanges de tirs

« Les soldats de la force Barkhane participaient depuis le 27 mars aux côtés de leurs partenaires maliens et burkinabés à une opération militaire conjointe tripartite dans la zone frontalière », a spécifié le ministère.

Selon la même source, l’accrochage s’est produit vers 16h30, heure locale, quand « un véhicule blindé léger engagé dans cette opération a subi une attaque par un engin explosif ».

« L’explosion a blessé légèrement deux soldats qui ont été immédiatement secourus par les équipes médicales de la Force » puis « le détachement de génie a été déployé pour prendre les mesures de sauvegarde suite à l’explosion et permettre la reprise de l’opération ».

Toujours selon le ministère, c’est « pendant ce travail » que « le détachement a été pris à partie par des tirs directs, touchant mortellement le caporal-chef Julien Barbé ».

17 soldats tués

François Hollande, qui a exprimé ses condoléances à ses proches, a « salué le sacrifice de ce soldat français tué dans l’accomplissement de sa mission pour la défense de notre pays et la protection de nos concitoyens », selon l’Elysée.

La mort de ce soldat porte à 17 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le lancement de l’intervention Serval en janvier 2013, à laquelle a succédé en août 2014 l’opération Barkhane, composée de 4 000 hommes, selon un décompte de l’AFP.

Nord Sud Journal

 

Lire aussi

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...

Police au Mali : nouvelles quittances pour mettre fin aux magouilles sur les routes maliennes...

Malick Coulibaly, le ministre de la Justice, a livré des carnets de quittance aux directeurs régionaux de la police le...