Burkina-Faso : rentrée judiciaire vers une justice plus indépendante et responsable

Au Burkina-Faso, les Cours et les Tribunaux ont effectué leur rentrée judiciaire ce 01 octobre 2020. Au cours de l’audience solennelle, il ressort que le bon fonctionnement de la justice doit être de paire avec l’indépendance, la responsabilité des acteurs du domaine.

La rentrée judiciaire 2020-2021 est placée sous le thème, « indépendance-déontologie-responsabilité du magistrat ». Ce thème, selon le président du Conseil supérieur de la magistrature, Mazobé Jean Kondé est révélateur, « nous avons voulu à travers ce thème demander à tous les acteurs, qu’ils soient judiciaires ou non d’avoir une réflexion de la justice dans le pays ».

Mazobé Jean Kondé explique que la justice qui doit être indépendante ne va pas sans responsabilité, sans respect des règles déontologiques parce que la profession est encadrée par un certain nombre de règles. « Nous avons un code de déontologie qui est censé régir toutes notre action. Ce thème, c’est pour donc interpeller les acteurs sur leur responsabilité, leur droit et aussi sur leur devoir ».

Il ajoute que l’indépendance est difficile à concevoir sans une certaine autonomie financière. « Dans la mesure où nous sommes dans une république avec trois pouvoirs, nous espérons l’accompagnement du législatif qui vote la loi de finance. Nous sommes en collaboration avec le pouvoir exécutif qui met en œuvre une certaine politique. Nous espérons que l’accompagnement de ces deux pouvoirs permettront à la justice d’avoir une certaine autonomie au plan financier pour pouvoir se développer », dit-il.

Rendre l’appareil judiciaire plus indépendant

Le rapport fait lors de l’audience parle de l’indépendance, des forces et faiblesses de l’appareil judiciaire, et des solutions ont aussi été proposées. Parmi les forces, le pouvoir judiciaire fait ressortir l’absence d’un budget qui handicape le fonctionnement du conseil supérieur de la magistrature. Il est aussi dit que la loi régissant les conditions de recevabilité des requêtes en matière de saisine justiciable n’est pas claire.

Pour le président du Burkina-Faso, Rock Christian Kaboré, c’est un rapport qui a été fait en toute objectivité en mettant en exergue les préoccupations de l’indépendance de déontologie et la responsabilité du magistrat mais aussi des autres pouvoirs. « Au-delà de la qualité des textes, il revient à chacun des acteurs de pouvoir intérioriser les préoccupations. Parce que d’un côté, il s’agit de faire en sorte que la justice et le justiciable, la confiance soit consolidée. Il s’agit de faire comprendre que l’indépendance ce n’est pas une muraille de Chine, c’est pour permettre aux juges d’exercer dans le respect de la déontologie et de pouvoir rendre justice au peuple ».

De ce fait, aussi bien que les magistrats ont leurs responsabilités, l’Etat doit prendre un certain nombre de dispositions pour faciliter la pratique de ces responsabilités. « Aux des magistrats, il y a des responsabilités individuelles et collectives à faire mais, au niveau de l’Etat, il nous appartient de prendre un certain nombre de dispositions ».

Le président du Faso dit avoir pris acte de l’ensemble des préoccupations qui ont été posées à apporter des corrections afin de rendre encore plus concrète l’indépendance de la justice. « Nous travaillons dans un seul objectif, consolidation de la démocratie et faire en sorte que chaque burkinabè ait confiance à la justice pour ses différents dossiers », dit-il.

Avec Infowakat

Lire aussi

Mali: liberté provisoire pour l’artiste Sidiki Diabaté...

Le juge d’instruction du tribunal de grande instance de la commune III de Bamako a accordé au chanteur malien Sid...

Barkhane: trois soldats français ont été tués au Mali...

Trois soldats français ont été tués lundi par une bombe artisanale dans la zone des “trois frontières”, dans le...

Mali: l’AMDH se « réjouit des conditions de détention » des cinq personnalités initialement a...

Arrêtées et détenues par les services de renseignement pendant une semaine, cinq personnalités civiles, dont le cél...

Décès de Soumaila Cissé: la dépouille mortelle arrive le 31 décembre au Mali...

La dépouille mortelle de Soumaila Cissé arrive à Bamako, jeudi, et son enterrement est prévu vendredi 1er janvier 20...