Burkina Faso : Témoignages suite à l’attaque survenue au marché de Silgadji

Le village de Silgadji, dans la province du Soum, a été victime d’une attaque terroriste le 25 janvier 2020. Le lieu choisi par les assaillants, le marché du village. Les jours avant l’attaque, les alertes données par les villageois qui sentaient venir les choses, le jour fatidique. Le témoin des événements qui a perdu plusieurs membres de sa famille, entre deuil et colère, nous conte les douloureux événements.

Silgadji le 25 janvier 2020. Aux environs de 15 h, dans ce village situé dans la commune de Tongomayel, province du Soum, région du Sahel, quatre terroristes arrivent juchés sur deux motos. Ils se ravitaillent en eau et en vivres avant de repartir. Pas pour longtemps.

Quelques instants après, les visiteurs reviendront, cette fois pour dire aux villageois que les instructions qu’ils avaient données n’ont pas été respectées. Lors d’un précédent passage, ils avaient en effet ordonné aux hommes de ne plus porter des pantalons qui couvrent tout le pied. Ils doivent porter des pantalons courts et laisser la barbe pousser. Aux femmes, ils avaient exigé le port du voile. Ils avaient prévenu qu’ils reviendraient et ceux qui ne se seraient pas pliés à leurs exigences n’auront pas accès au marché et subiront des représailles.

Selon un habitant du village qui nous a conté les scènes d’horreur, après les quatre terroristes, ce sont près de 100 terroristes qui ont déferlé sur Silgadji. « Une fois dans le village, ils se sont dispersés dans les quartiers et ont laissé une partie du convoi au marché. L’équipe qui s’est rendue dans les quartiers a conduit tous les habitants jusqu’au marché. Quand ils les y ont amenés, les habitants ont été répartis en deux groupes et mis en position assise. Les hommes d’un côté et les femmes de l’autre », relate le témoin dont nous taisons le nom pour des raisons évidentes.

Ensuite, les assaillants vont libérer les femmes. « Après quelques questions aux hommes, ils leur ont dit ouvertement qu’ils vont les exécuter parce qu’ils n’ont pas obéi à leurs ordres. Ils leur ont ordonné de se plaquer contre le sol, le visage face au sol. Puis, ils ont commencé à tirer sur eux. Ceux qui cherchaient à se lever pour s’échapper ont été tués également », témoigne ce rescapé.

Selon d’autres témoignages, les hommes armés disaient rechercher surtout les habitants de certains quartiers. Ils soupçonnaient certains villageois de collaborer avec les Forces de défense et de sécurité.

Il faut noter qu’auparavant, le village avait reçu la visite des Forces de défense et de sécurité. Celles-ci étaient venues pour des contrôles. Ce jour-là, elles ont récupéré des armes et des munitions dans certains quartiers du village. La population des quartiers particulièrement visés par les terroristes avaient à l’occasion souhaité être exfiltrée par les FDS, au cas où elles ne resteraient pas pour assurer sa sécurité. « On ne va pas vous abandonner car nous resterons pendant un bout de temps », avaient répondu les FDS, rapporte notre témoin.

« Mais à la grande surprise des villageois, les FDS sont reparties sans dire un mot aux habitants. Suite à ce départ des militaires, le village a reçu une première fois la visite de 8 terroristes, le jour du marché. Certaines personnes du village ont alerté les FDS du retour dans le village des terroristes », explique le rescapé.

Finalement, le massacre du 25 janvier 2020 a eu lieu. « Actuellement, le village est vidé de tous ses habitants. Les rescapés ont trouvé refuge à Bourzanga et à Nafo. Ils estiment qu’ils ont été abandonnés par leur État », déplore le témoin des événements. Il a perdu plusieurs membres de sa famille.

Avec Lefaso.net

Lire aussi

PLUIE D’OBUS SUR AGUELHOK, HIER: Le camp de la MINUSMA visé par des terroristes, des habitations ...

Cela fait plus de deux (02) mois que le camp de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stab...

G5 SAHEL : Le sommet de la clarification...

Les chefs d’État de la coalition sahélienne et le président français échangeront ce vendredi sur la nouvelle stra...

PROCESSUS ELECTORAL : A la recherche d’un consensus...

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rencontré hier, en fin d’après-midi, à la Primature, la classe po...

ASSASSINAT DU PRESIDENT HAÏTIEN: Le point sur l’enquête...

Peu de communications officielles depuis l’annonce de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse che...