Burkina-Faso : Une situation préoccupante prévaut à la Maison d’Arrêt et de Correction de Banfora (MAC-B)

L’infirmier de la MAC-B est à couteau tiré avec l’intendant et le directeur de la MAC-B.

« Affecté en 2017 par le District de Banfora au profit de la Maison d’Arrêt et Correction de Banfora pour une prise en charge permanente des pensionnaires de la maison d’arrêt, l’infirmier est allé trouver un collègue qui, par la suite, a demandé une affectation partir laissant ainsi le seul infirmier jusqu’à ce jour. Mais cette situation n’a aucunement affectée son abnégation à prendre en charge les détenus malades. Au fils du temps, l’infirmier a su qu’une ou des clé (s) de son bureau étai(en)t détenue (s) par l’intendant, chose qu’il a estimé anormale. Alors, des démarches ont été entamées auprès du directeur d’alors pour avoir toutes les clés de son bureau. Promesse lui aurait été faite que le (s) clé (s) lui sera ou seront restituée (s).

Jusqu’à la passation de service, cette restitution n’a jamais eu lieu. Avec le nouveau tout puissant directeur nouvellement installé, la demande a été renouvelée mais sans suite jusqu’à ce que la serrure tombe en panne. La panne a été signalée au directeur qui lui aurait suggéré de voir l’intendant pour la réparation.

Après quelques jours d’attentes, l’infirmier prend l’initiative de réparer la serrure. Détenant de nouvelles clés, le directeur et l’intendant réclament que des clés de son bureau soient mises à leurs dispositions. L’infirmier refuse de leur remettre chacun une clé. De tractations mêlées à des menaces, l’infirmier est resté ferme sur sa position.

Le directeur aurait soutenu qu’un texte en la matière oblige l’infirmier de mettre à sa disposition une clé de son bureau mais jusque-là monsieur le directeur n’est pas en mesure de présenter ledit texte. Aux dernières nouvelles, le tout puissant directeur de la Maison d’Arrêt et de Correction de Banfora (agent public au même titre que l’infirmier) aurait donné des instructions au responsable du service sécurité d’interdire l’accès aux locaux de la MAC-Banfora à l’infirmier dans l’après-midi du 7 avril 2020.

Alors que des détenus manifestent le besoin d’une prise en charge, monsieur le tout puissant directeur se montre moins préoccupé de la santé de détenus sous sa responsabilité. Son ultime préoccupation est de disposer d’une clé du bureau de l’infirmier. Mais à quelle fin, est-on en droit de se poser ? La hiérarchie du tout puissant directeur est interpelée pour qu’un drame sanitaire ne survienne à la MAC-Banfora.

Notons que « La hiérarchie de l’infirmier est informée de cette situation ! »

Un agent indigné de la MAC-Banfora.

Lire aussi

Mali : la CMA maintient la pression sur la junte autour de l’accord d’Alger...

Une réunion entre la junte et la CMA, qui cherche à obtenir des garanties sur la mise en œuvre de l’accord de paix ...

Mali : Ni civil ni militaire à la présidence de la transition, CNSP et Cédéao partagent la poire...

À la faveur de son dernier mini-sommet sur la crise malienne à Peduase au Ghana, la Communauté économique des États...

Législatives au Burkina: la commission électorale clôt le dépôt de candidatures...

C’est ce mardi 22 septembre à minuit que s’est clôturé le dépôt des dossiers de candidature à la commission na...

Présidentielle en Côte d’Ivoire: Pascal Affi N’Guessan rejoint l’appel de l’op...

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), l’un des quatre candidats à l’élection présidentielle d’oc...