Cameroun : « les ONG sont vues comme des outils de déstabilisation de l’État »

Notre invité Léon Koungou, chercheur en politique de sécurité à la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung, analyse la reconnaissance par la présidence camerounaise du massacre de civils par l’armée.

La présidence camerounaise a reconnu, mardi 21 avril, que le massacre de civils à Ngarbuh dans la région Nord-Ouest avaient été commis par l’armée. Jusqu’ici, le gouvernement camerounais évoquait un « malheureux accident » et rejetait les rapports des ONG. Cet aveu marque-t-il un tournant dans la gouvernance du secteur de la sécurité au Cameroun ? Nous en parlons avec Léon Koungou, chercheur en politique de sécurité.

africaradio

Lire aussi

Mali : la CMA maintient la pression sur la junte autour de l’accord d’Alger...

Une réunion entre la junte et la CMA, qui cherche à obtenir des garanties sur la mise en œuvre de l’accord de paix ...

Mali : Ni civil ni militaire à la présidence de la transition, CNSP et Cédéao partagent la poire...

À la faveur de son dernier mini-sommet sur la crise malienne à Peduase au Ghana, la Communauté économique des États...

Législatives au Burkina: la commission électorale clôt le dépôt de candidatures...

C’est ce mardi 22 septembre à minuit que s’est clôturé le dépôt des dossiers de candidature à la commission na...

Présidentielle en Côte d’Ivoire: Pascal Affi N’Guessan rejoint l’appel de l’op...

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), l’un des quatre candidats à l’élection présidentielle d’oc...