Cameroun : « les ONG sont vues comme des outils de déstabilisation de l’État »

Notre invité Léon Koungou, chercheur en politique de sécurité à la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung, analyse la reconnaissance par la présidence camerounaise du massacre de civils par l’armée.

La présidence camerounaise a reconnu, mardi 21 avril, que le massacre de civils à Ngarbuh dans la région Nord-Ouest avaient été commis par l’armée. Jusqu’ici, le gouvernement camerounais évoquait un « malheureux accident » et rejetait les rapports des ONG. Cet aveu marque-t-il un tournant dans la gouvernance du secteur de la sécurité au Cameroun ? Nous en parlons avec Léon Koungou, chercheur en politique de sécurité.

africaradio

Lire aussi

Mali : Mahamat Saleh Annadif évoque les évolutions positives dans la mise en œuvre de l’Acc...

Une évolution positive dans le processus  de paix, selon le chef Mahamat Saleh Annadif de mission onusienne au Mal...

Président Emmanuel Macron, « La France a une part d’Afrique en elle. Nos destins sont liés...

Restitution du patrimoine africain, fin du franc CFA, lutte contre le terrorisme, relations entre la France et l’A...

Présidentielle au Burkina : L’insécurité, préoccupation commune des candidats...

Aucun candidat n’a battu campagne dans les zones en proie au terrorisme au Burkina Faso. La plupart promettent de mene...

Mali : attaques terroristes sur le pont de Parou « 116 morts, 28 véhicules incendiés et 6 autres ...

Au centre du Mali, le bilan des attaques terroristes au niveau du pont de Parou sur la route de Koro dans la région de ...