Comment Séoul tente de devenir le douanier virtuel du continent?

Leader dans les systèmes de douane dématérialisée, la Corée du Sud bataille pour imposer ses solutions en Afrique.

Avec le soutien de la diplomatie sud- coréenne en Afrique, l’agence parapublique Korea Customs Uni-Pass Information Association (CUPIA) fait actuellement le siège des administrations portuaires pour vendre sa solution de formulaire douanier électronique baptisée Uni-Pass. Un lob- bying qui se heurte aux visées de ses concurrents, mais également aux administrations internationales.

Douane volante

 Le Port autonome de Kribi (PAK), qui a signé en 2015 avec CUPIA pour déployer Uni-Pass, finalise actuellement le cahier des charges avec son partenaire sud- coréen. CUPIA, qui a également vendu Uni- Pass en Algérie au début de cette année, au Ghana, en Éthiopie et en Tanzanie, cherche activement d’autres contrats et a récemment approché les douanes sénégalaise, nigériane et ivoirienne. Pour emporter l’adhésion des pays ciblés, la diplomatie commerciale sud-coréenne n’hésite pas à proposer des prêts de la Korean International Cooperation Agency (Koica) pour financer le déploiement d’Uni-Pass.

Frais d’entrée

Le Cameroun n’a pas bénéficié d’un tel prêt. Le projet du PAK est un contrat de partenariat public-privé(PPP) d’une durée de 12 ans à partir de la mise en œuvre. Le coût de la maintenance que CUPIA a prévu de facturer au PAK estde187 millions $, soit15 millions $ par an, auxquels viennent s’ajouter les frais de lancement (43 millions $). Un coût nettement plus élevé que celui du système utilisé jusqu’ici par le port, le logiciel Sydonia, initialement développé par la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) et intégré par plusieurs éditeurs informatiques. Pour imposer Uni-Pass, la diplomatie coréenne met volontiers en avant le vieillissement de Sydonia et surtout le caractère totalement intégré d’Uni-Pass.

D’autres opérateurs ne disposant pas d’un soutien aussi massif de leur appareil diplomatique, notamment le belge Phaeros Group, se sont fait évincer par la Corée. Le Singapourien Crimson Logic doit batailler pour conserver ses contrats au Kenya et à Madagascar, qui suscitent la convoitise d’Uni-Pass.

Juge de paix

Face au rouleau compresseur coréen, les concurrents d’Uni-Passdis posent d’un atout majeur : la Banque mondiale (BM). Principal bailleur des projets de dématérialisation douanière, l’institution financière a financé de nombreux projets de déploie- ment de Sydonia en Afrique, notamment en Zambie. Lorsque le Cameroun a changé de fournisseur et signé avec Uni-Pass, en 2015, la BM a arrêté tout financement.

LC

Lire aussi

Burkina-Faso : une quarantaine d’hommes armés neutralisée et trois capturés...

Dans la nuit du 23 septembre dernier, plusieurs hommes armés ont été neutralisés près du village de Tapoa-Djerma pa...

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara, «La place de Guillaume Soro n’est pas dans la campagne éle...

Le chef de l’Etat ivoirien a remis les pendules à l’heure quand on sait que l’ancien président de l’Assemblée...

Mali : le puzzle se reconstitue vers la levée des sanctions...

La junte militaire vient de poser la première pierre constitutive pour une levée de sanctions contre le pays. Le prés...

Mali : le président de la transition, Bah N’Daw, a prêté serment...

L’officier à la retraite et président de la transition du Mali, Bah N’Daw, ainsi que le nouveau vice-président, l...