Coronavirus dans le monde: les confinements pourraient mener à 7 millions de grossesses non désirées

Les mesures de confinement imposées de par le monde dans le cadre de la pandémie de Covid-19 pourraient mener à pas moins de 7 millions de grossesses non désirées dans les mois à venir, selon les données publiées par le Fonds des Nations Unies pour les populations (UNFPA) mardi.

Plus de 47 millions de femmes risquent en effet de ne plus avoir accès à la contraception »Dans 114 pays à revenu faible et intermédiaire, 47 millions de femmes seraient dans l’impossibilité d’accéder à des méthodes de contraception modernes et on prévoit 7 millions de grossesses non désirées si les mesures de confinement se prolongent pendant 6 mois avec des interruptions significatives des services de santé », relève le fonds onusien en charge de la santé sexuelle et reproductive.

Il met en garde qu’à chaque prolongation de confinement de 3 mois, « ce sont jusqu’à 2 millions de femmes supplémentaires qui pourraient ne pas avoir accès aux méthodes de contraception modernes ».

Le Fonds attire aussi l’attention sur les violences faites aux femmes qui augmentent d’autant plus durant ces périodes « lockdowns ». « Si le confinement se poursuit pendant au moins 6 mois, on pourrait recenser 31 millions de cas supplémentaires de violence basée sur le genre. À chaque période de confinement qui se prolonge de 3 mois, on pourrait dénombrer 15 millions de cas supplémentaires de violence basée sur le genre », estime l’UNFPA.

La Dr Natalia Kanem, directrice exécutive de l’UNFPA, observe que ces nouvelles données – collectées par Avenir Health, l’Université de John Hopkins (États-Unis) et l’Université de Victoria (Australie), démontrent « les répercussions désastreuses » de la pandémie de Covid-19 à court terme sur les femmes et les filles. « La pandémie creuse les inégalités et des millions d’autres femmes et de filles risquent à présent de ne plus pouvoir effectuer de planning familial et ainsi de protéger leur corps et leur santé », déclare-t-elle.

Le Fonds enjoint dans ce contexte à continuer à protéger « à tout prix » la santé et les droits des femmes en matière de reproduction. « Les services doivent continuer, les produits doivent être disponibles et les personnes vulnérables doivent être protégées et soutenues », insiste Mme Kanem. 

Rtbf.be

Lire aussi

Mali : Mahmoud Dicko a t-il changé « le peuple » contre sa poche ?...

Membre important des leaders de la contestations, l’imam Mahmoud Dicko vient de se retirer du M5. Selon une source...

Burkina Faso: un nouveau massacre de plus d’une cinquantaine de civils...

Les faits ont été produits à Petabouilli situé à environ 50 km de Gorom-Gorom, le dimanche 28 juin 2020, jour du ma...

Mali : Amadou Koufa ‘’Je demande aux dozos de dégager de notre chemin, nos ennemis sont les dir...

Dans un enregistrement audio à lui attribué, Amadou Koufa, le chef terroriste de la Katiba Macina affirme ‘’Je dem...

Mali: un homme poignardé à mort pour une affaire de drogue...

La découverte d’un corps abandonné à Kati pour une affaire de drogue, le nommé Mahaloum Diakité dit Will poignard...