Côte d’Ivoire : des centaines d’ex-rebelles démobilisés bloquent l’accès à Bouaké

Soldat ivoirien dans les rues d’Abidjan, le 22 octobre 2015. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

Plusieurs centaines d’anciens rebelles démobilisés bloquaient lundi matin l’accès sud de la ville de Bouaké, dans le centre de la Côte d’Ivoire, point de départ des mutineries qui ont secoué le pays en janvier, a constaté un journaliste de l’ AFP sur place.

“On veut nôtre part du gâteau”, scandaient ces hommes qui arboraient de bandeaux rouges de l’ex rébellion du nord mais ne sont pas armés.

Une centaine de véhicules étaient bloqués à l’entrée de la deuxième ville du pays.

Des forces de sécurité surveillent le mouvement mais pour l’instant sans intervenir.

Les “démobilisés”, comme on les surnomme, sont des anciens des Forces nouvelles, la rébellion qui a occupé le nord de la Côte d’Ivoire de 2002 à 2011 et soutenu l’actuel président Alassane Ouattara lors de la crises poste électorale de 2010-2011. Ils portaient des bandeaux rouges au début de la rébellion.

Une partie de ces rebelles ont été ensuite intégrés dans l’armée ivoirienne et les autres démobilisés lors d’un processus de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR).

Contrairement aux mutins de janvier, ces démobilisés ne font plus partie de l’armée et ne vont pas toucher les primes promises aux soldats qui s’étaient révoltés.

“On veut 18 millions de F CFA (27.000 euros) par personne, la reconnaissance de notre grade de caporal et notre intégration dans l’armée”, a affirmé à l’AFP un des porte-parole du mouvement, Amadou Ouattara.

Début janvier, la Côte d’Ivoire a été secouée par une mutinerie d’anciens rebelles intégrés dans l’armée, qui avaient paralysé plusieurs villes pour réclamer le paiement de primes.

En satisfaisant leurs revendications par le versement de primes à 8.500 de ces membres de l’ex-rébellion, les autorités avaient provoqué la colère de militaires et gendarmes non concernés par cet accord financier et qui s’étaient à leur tour mutinés. Des affrontements avaient fait quatre morts à Yamoussoukro (centre).

De source proche des mutins, le gouvernement, qui n’a jamais rendu l’accord public, avait promis de payer au total 12 millions de F CFA (18.000 euros) à chaque mutin. Cinq millions (7.500 euros) avaient été payés lors de la mutinerie avec la promesse de nouveaux versements à partir de ce mois de mai.

Les autorités avaient ramené le calme en promettant “d’améliorer les conditions de vie” de toutes les forces de sécurité.

La Côte d’Ivoire a lancé en 2016 une ambitieuse loi de programmation militaire jusqu’en 2020, qui prévoit la modernisation et des achats d’équipements pour 1,2 milliard d’euros et une refonte des effectifs. Cette refonte devait comprendre plusieurs milliers de départs de l’armée, notamment d’anciens rebelles, et non de nouvelles intégrations.

AFP

Lire aussi

Mali : au moins 3 morts et 5 blessés dans une nouvelle attaque contre les FAMas...

Le poste militaire de Bambaramaoudé a fait l’objet d’une attaque terroriste, hier 23 février 2020 dans la ...

Tchad: le défi de l’accouchement dans la région de Kanem...

Dans la région de Kanem, situé au nord de Ndjamena, en plein désert tchadien, les indicateurs concernant la santé ma...

Les Etats africains organisent la riposte face au Covid-19...

Les ministres qui se sont réunis samedi à Addis-Abeba ont convenu de travailler ensemble pour un partage d’informati...

Mali: au moins 3 soldats tués dans l’attaque du camp militaire de Bambara Maoudé...

Au moins trois soldats maliens ont été tués et cinq blessés dimanche 23 février lors de l’attaque d’un ...