Côte d’Ivoire : un répit entre Alassane Ouattara et l’opposition, à quoi ont finalement servi les 85 morts?

Le président sortant Alassane Dramane Ouattara, ayant brigué un troisième mandat et l’Opposition ivoirienne enterrent la hache de guerre. La question que beaucoup d’ivoiriens se posent: A quoi ont finalement servi les 85 morts ?

Les violences occasionnées par le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020 en Côte-d’Ivoire auront causé, selon les chiffres officiels, 85 morts, 400 blessés et 125 cas d’interpellation.

Ces violences qui font essentiellement suite au refus de l’Opposition ivoirienne de laisser le Président sortant, Alassane Dramane Ouattara de briguer un troisième mandat, ont nettement paralysé le pays pendant de longues semaines avec leur cortège de désolations.

La semaine dernière, un consensus a été trouvé entre Alassane Dramane Ouattara (ADO) et les forces politiques acquises à l’Opposition, lesquelles avaient formé une coalition pour implicitement faire tomber le Régime Ouattara.

Aujourd’hui, la question qu’une bonne partie des Ivoiriens se pose avec regret et amertume est de savoir ce qu’ont finalement servi la mort de tous ces fils et filles du pays que les Leaders l’Opposition avaient massivement mobilisé dans les rues. N’ont-ils, donc, été tués pour rien ?

Avec Le Point

Lire aussi

PLUIE D’OBUS SUR AGUELHOK, HIER: Le camp de la MINUSMA visé par des terroristes, des habitations ...

Cela fait plus de deux (02) mois que le camp de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stab...

G5 SAHEL : Le sommet de la clarification...

Les chefs d’État de la coalition sahélienne et le président français échangeront ce vendredi sur la nouvelle stra...

PROCESSUS ELECTORAL : A la recherche d’un consensus...

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rencontré hier, en fin d’après-midi, à la Primature, la classe po...

ASSASSINAT DU PRESIDENT HAÏTIEN: Le point sur l’enquête...

Peu de communications officielles depuis l’annonce de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse che...