Crise au Mali : Tapo réussira-t-il sa politique de la carotte et du bâton pour une sortie de crise?

A travers les récentes interventions de l’avocat général près la Cour d’Appel de Bamako, Alou Nampé, sur instruction du nouveau ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Kassoum Tapo,  la machine judiciaire est en train de réussir le pari de mettre fin au désordre…

Par une bonne démarche pédagogique et coercitive, l’appareil judiciaire, sous la férule du nouveau Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l’Homme, Me Kassoum Tapo, s’est mis en branle, avec la diligence requise dans de telles circonstances, pour non pas “montrer ses muscles”, mais faire cesser les troubles à l’ordre public orchestrés par la campagne de “désobéissance civile” lancée par le M5-RFP. Ce qui semble avoir bien réussi.

C’est ainsi que les Bamakois ont pu se réjouir depuis la semaine passée du retour à la normale dans leur quotidien. Finie donc la recréation qui faisait voir des jeunes venus d’on ne sait où, se réclamant du M5-RFP, ordonner aux paisibles travailleurs de vider les services publics. Ce qui avait paralysé Bamako puisque la plupart de ces services, banques et autres entreprises avaient baissé leur rideau.  Par son retentissant « L’Etat s’assumera », le président de la République a donc incité le gouvernement à prendre ses responsabilités.

En effet, la sortie du président IBK à la veille de la Tabaski est prise comme de l’eau versée sur le dos du canard. Et pourtant, le message revêt un sens que ses destinataires ont pris à la légère.

De fait, le Chef de l’Etat avait averti que l’Etat s’assumera face aux violences qui font corps avec la désobéissance civile décrétée par le M5-RFP, le 10 juillet dernier. Faute de pédagogie dans l’application de cette désobéissance, les jeunes du M5-RFP s’étant érigés en véritable fers de lance, s’en sont pris à certains biens publics, notamment l’Assemblée Nationale et l’ORTM, mais aussi les feux tricolores, « inconsciemment » vandalisés. Tout Bamako, paralysé quelques jours par des barricades dressées aux grands carrefours, retrouvera une accalmie due à la trêve décrétée par le mouvement afin de permettre aux Musulmans de préparer la fête de la Tabaski.

Entre temps, la donne a changé. Le Président IBK a nommé six ministres suivant les recommandations de la CEDEAO. Ces derniers répondent à 99% aux aspirations de Bouyé qui, illico presto, s’est démarqué du projet du M5-RFP de faire démissionner IBK avant l’échéance de son mandat qui prend fin en 2023. L’imam Mahmoud Dicko, autorité morale du M5-RFP, aurait été interpellé par l’érudit de Nioro du Sahel à se désolidariser des politiciens du mouvement, dont « la seule ambition est de déstabiliser IBK, par ricochet le Mali ».

Un vent de division semble souffler au sein du mouvement de la contestation. Issa Kaou Djim de la CMAS a dilué le discours, qui rompt avec le radicalisme qui a longtemps caractérisé ses prises de parole.

En effet, ces jeunes ont bravé la loi, en obligeant certains services publics et privés à fermer leurs bureaux. La loi n’a pas tardé à s’appliquer. Selon certaines sources, « 5 manifestants du M5-RFP » sont « arrêtés, jugés et condamnés à 45 jours d’emprisonnement ferme pour flagrant délit » le mercredi 5 août 2020 par le Tribunal de la commune 1.

Ces interpellations traduisent les mises en garde de la République. Ce qui démontre aussi que Me Kassoum Tapo n’est pas nommé à la tête du département de la Justice pour assister en spectateur à cette défiance vis-à-vis de l’Etat. Il a visiblement opté pour la politique de la carotte et du bâton, qui semble produire ses effets, au grand bonheur du Malien lambda.

Maliweb

Lire aussi

Mali : Mahamat Saleh Annadif évoque les évolutions positives dans la mise en œuvre de l’Acc...

Une évolution positive dans le processus  de paix, selon le chef Mahamat Saleh Annadif de mission onusienne au Mal...

Président Emmanuel Macron, « La France a une part d’Afrique en elle. Nos destins sont liés...

Restitution du patrimoine africain, fin du franc CFA, lutte contre le terrorisme, relations entre la France et l’A...

Présidentielle au Burkina : L’insécurité, préoccupation commune des candidats...

Aucun candidat n’a battu campagne dans les zones en proie au terrorisme au Burkina Faso. La plupart promettent de mene...

Mali : attaques terroristes sur le pont de Parou « 116 morts, 28 véhicules incendiés et 6 autres ...

Au centre du Mali, le bilan des attaques terroristes au niveau du pont de Parou sur la route de Koro dans la région de ...