Crise du football malien : Le Stade malien et l’AS Réal apportent leurs soutiens au bureau dissout

Baba Diarra, president du bureau dissout de la Femafoot. @DR

Alors que le ministre de Sport Housseini Guindo s’enfonce dans ce bourbier de sport et a installé son bureau provisoire de la Femafoot, le stade malien de Bamako, l’un des plus importants clubs de Bamako et l’AS Réal de Bamako ont apporté leurs soutiens au comité exécutif de la FEMAFOOT dissout. Les deux clubs se disent attachés à la légalité et à l’aspiration de la majorité des acteurs du football dans le respect des textes nationaux et internationaux.  « Le Stade et l’AS Réal  restent  fidèle à la déclaration commune du 09 Mars signée par un groupe de 13 clubs de ligue I dès l’annonce de la dissolution du comité Exécutif de la FEMAFOOT par M. le Ministre des Sports », annoncent les deux clubs dans leurs communiqués de presse.

Il faut rappeler que la semaine dernière, la Fifa a exclus le Mali de toutes ses compétitions. De ce fait, les Onzes créateurs et le Djoliba AC ont été exclus ce week-end de la coupe CAF et quatre arbitres maliens qui devraient arbitrer un match de foot au Burkina Faso ont été également empêchés d’officier le match.

Dommage pour le football malien !

Nord Sud Journal

Lire aussi

DIRECT Mali : tirs à l’arme automatique, plusieurs blessés à Tombouctou...

Des tirs ont provoqué plusieurs blessés dans la ville de Tombouctou lors d’un rassemblement de jeunes de la vill...

Mali : Bilal Ag Achérif aux chefs d’Etat de la CEDEAO : « Il y a plus urgent que Kidal !»...

Est-ce une fixation ou une véritable volonté de s’impliquer dans la résolution de la crise que notre pays traverse ...

Mali : l’armée française va utiliser des drones armés...

Ces drones conduisaient jusqu’à présent des missions de renseignement et de surveillance au-dessus du Sahel afin de ...

Mali : On se plaint de l’état de nos routes, et le directeur national des routes bitume sa rue !...

Le pays tout entier est en ébullition à cause de l’état de nos routes. De Kayes à Ménaka, on conteste et on prote...