Droit de réponse de B2Gold Mali à journal « Nord-Sud Journal »

Mali, B2Gold, Trafic aerien,

Dans un droit de réponse suite à l’article « Exclusif Mali : suspension de vol des avions de B2Gold », publié sur notre site web le 31 décembre 2018, la direction de B2 Gold Mali nous accuse d’avoir essayé « de mettre gravement en cause » sa « crédibilité sur la base d’informations inexactes et diffamatoires ».

D’abord nous tenons à préciser que notre objectif n’a jamais été celui de nuire à la crédibilité de B2Gold Mali ou le Groupe B2Gold, mais plutôt d’informer nos lecteurs en s’appuyant sur un document officiel et authentique qui stipule la suspension de vol des avions de B2Gold. Et c’est dans cette même logique d’information que nous avons tenu à publier le droit de réponse de B2 Gold Mali malgré qu’il soit venu en retard, c’est-à-dire le 14 janvier 2019, soit 15 jours après la publication de notre article.

Dans son droit de réponse, B2Gold Mali donne des informations erronées sur d’abord trois choses. L’article en question était publié le 31 décembre dernier et non le 2 janvier 2019 comme mentionné dans ce droit de réponse. La deuxième fausse information, l’objet de la réunion du 26 décembre dernier est « problématique de la desserte des aérodromes de l’intérieur du Mali» et non « des mesures en préparation par le département des Transports concernant la réglementation du trafic aérien national pour les vols commerciaux et privés », comme indiqué toujours dans ce même droit de réponse. Cela est vérifiable à travers le document de l’avis de réunion N 2018- 000076 /MT-SG. Plusieurs sociétés de transport aérien au Mali ont pris part à cette rencontre notamment Sahel Aviation Services, Ultimate Air, Malian Aero Company, Class aviation,  B2Gold et Africa Mining Services. Et la troisième chose, c’est que notre journaliste, auteur de l’article a bien tenté de joindre la société B2Gold Mali mais sans succès, cela est vérifiable à travers le révélé des appels téléphoniques quelques temps avant la publication de l’article.

C’est après l’échec de cette tentative de rentrer en contact avec vous et vu l’importance de l’information appuyé par un document officiel et vérifié qui stipule la suspension de vol des avions de B2Gold, que nous avions décidé de publier l’article en question.

Cependant, B2Gold Mali, dans votre droit de réponse, vous affirmez que B2Gold a mis à la disposition de Fekola S.A, votre société de droit malien, deux avions. Alors pourquoi est-ce que ces avions sont immatriculés en Namibie (V5) et non pas au Mali (TZ) ?

La loi interdit la desserte des aérodromes de l’intérieur par les avions non immatriculés au Mali. Comment avez-vous eu l’autorisation d’exploitation de vos avions au Mali durant plus d’une année alors qu’ils sont immatriculés en Namibie?

Est-ce que le fait de ne pas immatriculer les avions mises à la disposition de Fekola S.A est une manière de dissimuler à l’étranger une patrie du patrimoine de Fekola S.A dont l’État malien détient les 20% ?

La rédaction

DROIT DE REPONSE : De B2Gold Mali au journal « Nord-Sud Journal »

Monsieur le directeur de publication du journal « Nord-Sud Journal »

Dans votre article du 2 janvier 2019, intitulé « Suspension de vol des avions de B2Gold », vous essayez de mettre gravement en cause la crédibilité de B2Gold sur la base d’informations inexactes et diffamatoires.

Sans prendre le soin de vérifier et de recouper les informations de votre source comme l’exigent l’éthique et la déontologie universels du journaliste, vous avez sciemment induit en erreur vos lecteurs et l’opinion publique, en accusant B2Gold, respectueuse de la législation malienne, de corruption.

De quoi s’agit-il en réalité ? B2Gold a été invitée à une réunion le 26 décembre 2018 au Ministère des Transports. C’est le ministre des Transports, M. Zoumana Mory Coulibaly en personne, qui présidait la séance au cours de laquelle B2Gold a été informé des mesures en préparation par le département des Transports concernant la réglementation du trafic aérien national pour les vols commerciaux et privés.

Pendant les échanges, le Directeur de MAC (Malian Aero Company), présent, se disait victime d’une concurrence déloyale de la part de B2Gold car, selon lui, la société effectue illégalement des vols intérieurs avec deux avions appartenant à une société namibienne (ce qui n’est pas vrai) et non immatriculés au Mali.

B2Gold a effectivement confirmé la présence de deux avions de B2Gold mis à la disposition de Fekola S.A. Ils n’appartiennent pas à une société namibienne, comme l’a affirmé M. Diawara et comme vous l’avez souligné dans votre journal, mais ce sont des aéronefs d’une société du Groupe B2Gold, dénommée B2Gold Aviation.

A notre grande surprise, le 28 décembre 2018, nous avons reçu une lettre de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) interdisant tous nos vols sans délai et sans motif. Il est clair qu’il s’agit là d’une tentative de contrecarrer l’utilisation des avions de B2Gold au Mali et d’obliger B2Gold à utiliser des avions appartenant aux mêmes personnes portant des accusations sans fondement contre elle.

Nous avons aussitôt initié une lettre adressée au ministre des Transports avec ampliation à notre département de tutelle, le Ministère des Mines et du Pétrole, pour demander de nous remettre dans nos droits.

En aucun moment, B2Gold a tenté de corrompre, directement ou par personne interposée, ni le ministre ni son entourage. Cela ne fait pas partie des pratiques de notre société qui est responsable, transparente et leader dans l’industrie minière. Accuser B2Gold de cette manière nuit grandement au Mali et à l’industrie minière en général.

Nous vous demandons de bien vouloir publier le présent droit de réponse dans les mêmes conditions de publication que l’article de diffamation sur notre société.

Direction B2Gold Mali

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...