Droit de réponse du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM)

Droit de réponse aux différentes publications parues dans la presse Malienne, en particulier dans le journal Mali-Horizon N°149 du mercredi17 mars 2021 et plusieurs parutions dans le Prétoire N°852 du 8 mars 2021, N° 853 du 11 Mars 2021 et N° 854 du 15 Mars 2021.

Depuis quelques jours, nous assistons à une avalanche d’articles dans quelques journaux dont le Prétoire dans ses parutions N° 852 du 8 Mars, N°853 du 11 Mars, N° 854 du 15 Mars 2021 et Mali-Horizon dans sa parution N°149 du mercredi 17 mars 2021.

Les incongruités parues dans ce journal nous amènent à éclairer les lecteurs de bonne foi ainsi que l’ensemble des sympathisants du CSDM qui se sont indignés de ces attaques d’une violence inégalée.

Derrière les proposd’Idrissa Sangaré et de Youssouf Z KEÏTA, rapportés par l’auteur des articles incriminés, se cache une haine viscérale contre un homme, en l’occurrence Monsieur HAÏDRA Cherif Mohamed, Président du CSDM.Qu’à cela ne plaie à ses détracteurs visibles, ainsi qu’à ceux nombreux cachés qui les inspirent, le 21 janvier dernier, Mohamed Chérif HAÏDARA a été adoubé par ses pairs dans les somptueuses salles du Centre International de Conférence de Bamako (CICB) pour un second mandat de cinq ans. Rien, ni personne, encore moins ses détracteurs, ne peuvent entraver l’évolutionnormale du CSDM. La célébrité à un prix, nous en sommes conscients et sommes prêts à y faire face.

Il est dit dans l’article que le chef des troupes rebelles Monsieur Baïdy DRAME serait candidat pour la présidence d’une hypothétique structure dont le Conseil d’Administration serait mis en place le 24 avril prochain. Qu’à cela ne tienne ; le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne n’est en rien concerné par cette hérésie qui n’engage que ses auteurs. Ceci d’autant plus que, les organisations de base du CSDM citées à l’échelle européenne, comme faisant partie de la manœuvre, ont toutes démenti être de connivence avec cette supercherie et sont en train de se concerter pour envisager collectivement une action judiciaire pour diffamation (ci-joint les publications et courriers de démenti). Sans y accorder une quelconque importance, nous sommes en droit de nous interroger sur la motivation de tenir une instance aussi importante (tant est si bien qu’elle existe), en dehors du siège national incontesté du CSDM situé à Bamako ?

Selon toujours les propos d’Idrissa Sangaré rapportés par l’auteur de l’article, Monsieur Baïdy DRAME aurait, à la demande de son bureau, sécurisé le logo du CSDM, en l’inscrivant à l’Institution Nationale de la Propriété Intellectuelle en France (INPI). Tous les initiés peuvent le vérifier, en s’en donnant les moyens, ils trouveront que Monsieur BaïdyDRAME a accompli cette démarche en son nom propre, se faisant passer comme le propriétaire exclusif du logo. Cela contredit la logique de sécurisation évoquée. C’est justement cette volonté d’appropriation personnelle qui est refusée et contestée, à travers l’action judiciaire engagée par le Président du CSDM et qui suit son cours. Baïdy ne peut s’approprier un logo dont la création a précédé son adhésion au CSDM. Le CSDM est créé en septembre 2015, alors que le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne de France, dont il fut Président, est mis en place en octobre 2016. Toute personne dotée de bon sens conviendra que l’on ne peut réclamer la paternité d’une œuvre, en l’occurrence un logo qui est créé avant que l’on adhère à l’association en rapport avec celui-ci. Dès lors, il apparait évident que le Président réélu du CSDM, Chérif Mohamed HAÏDARA, était en bon droit de saisir la justice, pour empêcher l’usurpation de ce patrimoine commun par un individu qui plus est, a été destitué et exclu par ses pairs au cours d’une assemblée générale extraordinaire en 2019 tenue à Paris. Par la suite, un nouveau Bureau avec à sa tête Madame DIALLOMariatou détentrice du récépissé préfectorale de reconnaissance N°W751236889.

Par ailleurs, plusieurs affabulations sont dites au sujet du rendu de la décision judiciaire du 26 février 2021 : Mohamed Chérif HAÏDARA serait un Président autoproclamé. Il serait interdit de diriger le CSDM. Il serait également en conflit avec le CSDM Suisse ainsi que le CSDM Guinée.

Dans l’interview de Monsieur KandéSIDIBE, il aurait exigé que le montant de la subvention européenne destiné au financement d’un projet soit versé sur son compte personnel. Pire il serait contre la jeunesse malienne en mettant en échec le fameux projet ; il aurait commandité la mise à sac du Consulat encore et encore.

Mieux, 26 Conseils de base du CSDM sur le continent africain et 11 en Europe seraient en phase avec la démarche déstabilisatrice initiée par Baïdy et ses affidés.

Qu’en est-il de ces affabulations ?

Que les détracteurs du Président souffrent de connaitre que devant les membres du Gouvernement de la République du Mali, les Ambassadeurs des pays européens dont la France, l’Espagne, l’Ambassadeur de l’Union Européenne, des Etats-Unis d’Amérique, le Chef de la mission de l’OIM au Mali, pour ne citer que ceux-ci, le CSDM a tenu sa conférence ordinaire avec la participation soit physique, soit par visioconférence (pandémie COVID oblique) des représentants de ses 48 démembrements, au terme de laquelle un bureau exécutif de 55 membres a été élu avec à sa tête Chérif Mohamed HAÏDARA comme Président. Incontestablement, Mohamed Chérif HAÏDARA est démocratiquement élu, plaise à Dieu,il continuera sa mission au service de nos compatriotes établis à l’extérieur. Rien, ni ses détracteurs, ni tout autre action déstabilisatrice, ne sauront nous ébranler et nous dérouter de notre parcours.

Sans s’étendre sur la situation de crise dans les deux conseils de base cités ci-dessus, nous dirons simplement, que le Président du CSDM Suisse, opposé à l’ensemble de son Bureau et marginalisé par ses membres, fait partie de cette bande de militants d’un parti politique en mal de reconnaissance, qui cherchent, vaille que vaille, à « redorer leur blason » à travers leur engagement au CSDM. Cela est inacceptable et ne passera pas, quel que soit le niveau élevé de la fronde. Monsieur COULIBALY, Président du CSDM Suisse, a perdu son combat, le CSDM ne peut être un relai de parti politique. Quant à la Guinée, l’affidé membre de la bande des déstabilisateurs, en raison de ses attaques injustifiées, a reconnu devant les autorités judiciaires être manipulé et a juré de ne plus s’engager dans une fronde contre Mohamed Chérif HAÏDARA dont il reconnait la légitimité.

Plus haut, nous avons dit que sur les 11 démembrements cités à l’échelle européenne comme faisant partie de la fronde, l’ensemble de ceux répertoriés dans notre base de données et reconnus membres du CSDM, ont démenti être avec BaïdyDRAME. Nous apprécierons à bon temps la conduite à tenir concernant ces militants politiques qui s’autoproclament président du CSDM dans tel ou tel pays d’Europe.  Quant à l’annonce de sécession de 26 démembrements du CSDM sur le continent africain ; ceci reste pour nous, une vue de l’esprit, jusqu’à preuve du Contraire.

Concernant les absurdités relevées dans l’interview de KandéSIDIBE, qu’il sache et avec lui, l’ensemble des accusateurs de Mohamed Chérif HAÏDARA, que l’Union Européenne qui gère l’argent des contribuables européens, n’a pas comme pratique de verser les fonds alloués aux financements des projets, sur des comptes individuels des dirigeants. Personne ne croirait à cette grossière affabulation dont l’objet est simplement de salir un compatriote qui se bat corps et âme en donnant de sa personne, ses ressources, de façon désintéressée, pour la défense de ses compatriotes établis à extérieur.

Concernant les jeunes, Mohamed Chérif HAÏDARA, sans le crier sur tous les toits, soutient à longueur des journées les jeunes maliens,en les accompagnant dans leurs projets de création d’entreprises, dans leurs études, en octroyant des bourses d’étude, payant des stages de qualification et des formations diplômantes et bien d’autres choses. Monsieur KandéSIDIBE, ce n’est pas sur ce terrain que vous arriverez à objectiver votre supercherie de cabale organisée.

Les maliens ne sont ni dupes, ni stupides, ni manipulables. Ils reconnaissent Chérif Mohamed HAÏDARAconnu comme un homme affable, généreux, serviable et disponible pour ses compatriotes.

Dans la même interview, le CSDM est prétendument associé à des montages de projets au profit de villages maliens. Nous mettons en garde contre toute utilisation frauduleuse du CSDM qui appellera de notre part une réaction vigoureuse dans le seul but de rétablir la réalité des faits. Aussi, nous condamnons avec la dernière énergie l’accusation selon laquelle le Président Mohamed Chérif HAÏDARAa ordonné la mise à sac du consulat du Mali en Franc : une grossièrement inacceptable qui ne saurait être tolérée. En effet, nous tenons à préciser que l’ensemble des diffamations contre notre Président ne resteront pas sans suite. Que cela soit entenduune fois pour toute, car nous ne pouvons continuellement tolérer les injures et diffamations quotidienne proférées contre la Personne de notre Président. Tout cela, dans le seul but de manipuler l’opinion, à travers un jugement qui ne vous est en rien favorable.

D’ailleurs, qu’en est-il de ce jugement ?

En réalité, ce qu’il faut retenir, c’est simplement que la décision judiciaire qu’ils brandissent comme un trophée de guerre, ne porte pas sur le fond, c’est à dire sur l’appropriation et la paternité du logo qui est et reste l’objet principal de la plainte du CSDM. A contrario, elle porte sur la forme, car ne s’étant pas prononcé sur le fond, le tribunala retenu en première instance,qu’il revenait au secrétaire administratif du Bureau Exécutif national du CSDM, d’initier la démarche contentieuse au nom de notre organisation.

Ce qui n’est pas faux, car c’est cela que les membres fondateurs ont mentionné dans nos statuts. Cette légèreté a été corrigée par notre dernière conférence du 21 janvier dernier, car il apparait évident que la gestion du contentieux d’une organisation ne peut échapper à son Président. Voici donc la raison pour laquelle le jugement sur le fond n’a pas été rendu. Cela aura bien lieu, car nous n’attendons que la signification officielle de la décision pour interjeter appel.

Pour terminer, nous dirons que nous ne sommes pas collectivement séniles au point de perdre la raison et le discernement. Nous savons que des mains invisibles sont derrières cette tentative de déstabilisation. Car pour certains, le CSDM, en raison de la fulgurance de son ascension, est devenu gênant et il faut l’abattre coute que coute. Pour d’autres, il a pris de l’importance, il faut donc vite le récupérer, pour s’en servir sur le plan politique. A l’ensemblede ces détracteurs, nous disons que notre CSDM, survivra de tous les pièges tendus.Enfin, qu’il soit dit, une fois pour toujours, que ces détracteurs,invisibles, planqués dans leurs caches, agissant activement pour nous déstabiliser, seront identifiés au plus vite et affrontés en toute responsabilité.

Le Bureau Exécutif du CSDM

Lire aussi

BOUBACAR GAOUSSOU DIARRA: « Il faut se réjouir de l’accord de Farabougou, mais pas en faire un m...

Boubacar Gaoussou Diarra, ambassadeur malien, dirige le secrétariat permanent du cadre politique de gestion de la crise...

LANCEMENT DE CAMAPAGNE POLITIQUE AVORTE A MOPTI : Seydou Coulibaly affiche ses ambitions pour Koulou...

La Venise malienne (Mopti) devrait servir de cadre au lancement du Mouvement politique, Benkan Koura, de Seydou Mamadou ...

COVID-19/ MALI : De nouvelles restrictions pour gérer la flambée des cas de contamination...

Les dernières données indiquent une très forte avancée des cas de Covid-19 au Mali. Le jeudi dernier, plus de 400 ca...

INSECURITE-TERRORISME : Sikasso infectée par les djihadistes ?...

Après les Régions de Mopti et de Ségou, c’est celle de Sikasso qui se trouve sous la menace des djihadistes. Tous l...