Economie : Quand le Mali exporte la friperie en Côte d’ivoire

Mali Fripperie

Le marché de la friperie est un commerce très florissant dans la capitale malienne. C’est plus une question de choix que de prix et les boutiques enregistrent de belles recettes, au grand bonheur de leurs propriétaires.

«Yougou Yougou », la friperie a changé de visage au Mali, ou du moins à Bamako. Autrefois revendus à moindre coût à une clientèle qui se cachait des regards curieux, elle est de nos jours devenue plus une option qu’une question de bourse. Et les revendeurs des friperies ne diront pas le contraire « Dieu merci, je confirme que c’est un commerce florissant. J’ai débuté en 2011, avec à peine une balle de 25kg, mais aujourd’hui je rends grâce à Dieu. J’ai loué une boutique dans le quartier ACI 2000 où je revends très bien mes habits, chaussures et sacs de friperie », témoigne Samba, un jeune Béninois propriétaire d’une boutique de friperie pour dames.

35 000 à 175 000FCFA

Samba est devenu un grand commerçant et pourtant le jeune homme n’a qu’une vingtaine d’années. Habillé d’un polo gris sur un jean bleu, avec des locks sur la tête, il est fier de son business. À l’image de Samba, de nombreuses personnes ont fait du commerce des produits importés au Mali une entreprise qui nourrit bien son homme. Le marché de la friperie englobe divers produits : électroménager, habits, chaussures, sacs, lingerie, etc. Le marché malien est approvisionné par les USA, l’Europe et le Canada. La Chine vient tout récemment d’y faire son entrée et commence à l’inonder aussi. « De plus en plus nous préférons la friperie de la Chine, même si c’est un peu plus cher, car c’est de la qualité. On a moins de pertes lorsqu’on défait les balles », explique Mady, revendeur de friperie au grand marché Worokourou, où se regroupent la plupart des revendeurs de friperie. C’est en commune III, précisément au marché Soukounikoura, que se trouvent les plus grands endroits d’approvisionnement en habits et chaussures de friperie. Après Soukounikoura, vient Worokourou, logé au centre du marché, non loin de l’Assemblée Nationale. Dans ces marchés, grossistes, détaillants et clients se bousculent pour accéder au 1er choix, nom donné aux habits, chaussures, sacs et articles moins usés et de bonne qualité. Là ils sont vendus moins cher que dans les boutiques de friperie de la ville. « J’évolue dans la vente en gros. Je prends des balles que je vais déballer chez moi pour sélectionner les meilleurs articles, 1er choix, 2ème choix. Ceux qui viennent après, je les vends aux dames qui les revendent sur leurs plateaux pour 200 ou 500 FCFA ». Suivant leur poids et la qualité des articles, les balles des friperies varient de 35 000 à 175 000FCFA et plus.

Exporté en Côte d’Ivoire

Selon Camara, propriétaire d’une boutique, les meilleures friperies proviennent de Chine et d’Europe s’agissant des habits. Quant aux chaussures et sacs, Camara conseille les articles en provenance des États–Unis d’ Amérique et du Canada. Les articles dits de second choix sont accessibles à 500 FCFA pour un haut ou un pantalon, 2 000 FCFA la jupe, 2 500 ou 3000 FCFA la robe. À l’écoute de leur clientèle, les revendeurs savent quel produit offrir au moment opportun. Pour Tidiane, en cette période, ce sont les pulls qui s’écoulent très facilement chez les clients, ainsi que les robes de soirées et les vestes. « Les gens préparent les fêtes de fin d’année. Donc nous nous approvisionnons en tenues de soirée. C’est aussi bientôt la saison froide et les gens achètent également les habits chauds ».

« Nous faisons le plus de ventes lors de la rentrée des classes et pendant les périodes de fêtes. Le reste du temps, c’est plutôt timide, seules quelques grandes dames de la place et les filles branchées viennent s’approvisionner », ajoute Tidiane. Selon lui, il a déjà de grosses réalisations à son actif. Devenu grossiste, il s’associe à l’un de ses collègues pour faire entrer des containers de friperie de l’Espagne et du Ghana. Ses articles sont revendus sur place et exportés pour certains en Côte d’Ivoire. De nombreux témoins attestent que le Mali est devenu une référence dans la sous-région, car bon nombre de commerçants étrangers viennent s’y approvisionner.

Par Khadydiatou Sanogo

Lire aussi

DIRECT Mali : tirs à l’arme automatique, plusieurs blessés à Tombouctou...

Des tirs ont provoqué plusieurs blessés dans la ville de Tombouctou lors d’un rassemblement de jeunes de la vill...

Mali : Bilal Ag Achérif aux chefs d’Etat de la CEDEAO : « Il y a plus urgent que Kidal !»...

Est-ce une fixation ou une véritable volonté de s’impliquer dans la résolution de la crise que notre pays traverse ...

Mali : l’armée française va utiliser des drones armés...

Ces drones conduisaient jusqu’à présent des missions de renseignement et de surveillance au-dessus du Sahel afin de ...

Mali : On se plaint de l’état de nos routes, et le directeur national des routes bitume sa rue !...

Le pays tout entier est en ébullition à cause de l’état de nos routes. De Kayes à Ménaka, on conteste et on prote...