Mali: les étudiants de l’INFTS exigent leur rattachement à l’Enseignement supérieur et prennent en otage les examens

Etudiants, Examens, otages,

travers un sit-in suivi d’une marche pacifique que les étudiants de l’Institut national de formation des travailleurs sociaux (INFTS) ont réclamé une fois de plus le lundi dernier l’annulation du décret du 13 juin du Premier ministre Boubou Cissé les rattachant au ministère de la Solidarité au détriment de celui de l’Enseignement supérieur.

Gonflés à bloc, ces étudiants ont bloqué à travers leur sit-in tout passage sur la rue Bla-Bla de l’Hippodrome où se trouve leur école. Ils ont ensuite organisé une marche pacifique partant de leur école jusqu’à la pâtisserie Express située à environ deux kilomètres plus loin. Encadrés par une forte présence policière, les marcheurs exhibaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : “L’ensemble des étudiants de l’Institut national des travailleurs sociaux exige le retour immédiat de l’Institut dans le giron de l’Enseignement supérieur car notre avenir en dépend”.

Dans un meeting organisé dans l’enceinte de cette école après le sit-in et la marche, le secrétaire général du comité AEEM de l’INFTS, Cheick Tamba Kéita, a dévoilé les raisons de leur colère en ces termes : “En sortant ce matin, nous voulons protester contre le décret du 13 juin 2019 du Premier ministre Dr ? Boubou Cissé qui a retiré notre école de l’Enseignement supérieur pour la mettre au compte du ministère de la Solidarité. Cela fait deux mois que nous sommes en train de protester contre cette mesure à travers des lettres de protestation et des grèves dont une de 72 h, ‘autre d’une semaine même une autre grève de 15 jours. Mais nous ne sommes pas entendus. C’est pourquoi nous avons organisé ce sit-in suivi d’une marche pacifique”.

Pour le premier responsable des étudiants, ils sont contre leur rattachement au ministère de la Solidarité pour la simple raison que leur école est dans le système LMD, or il se trouve que ce système est piloté uniquement par l’Enseignement supérieur.

“Avec notre rattachement au ministère de la Solidarité fini donc le système LMD, c’est pourquoi tous les étudiants sont motivés afin que cette lutte réussisse. Si nous ne parvenons pas à avoir gain de cause après ces mouvements, nous allons organiser un autre sit-in mais cette fois au niveau de la Primature, toujours avec l’optique de nous faire entendre”, a expliqué M. Kéita. En attendant, il a révélé que tout est arrêté au niveau de cette école. Les cours sont arrêtés jusqu’à nouvel ordre, les examens et les soutenances sont aussi pris en otage.         

Aujourd’hui Mali avec Nord Sud Journal

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...