Fureur contre les partenaires étrangers : Un simple exutoire de nos frustrations ?

Devant la tournure souvent dramatique des événements sur le terrain, le sentiment de courroux n’est pas le meilleur conseiller dans la recherche de solutions. Le miroir grossissant des critiques à
l’encontre de nos amis a tendance à occulter notre propre responsabilité

Le sentiment anti-français est-il le mieux partagé parmi les Maliens ? La question ne manque pas de tarauder l’esprit de quelqu’un qui s’intéresse un tant soit peu aux réseaux sociaux. La grogne est si forte contre l’ex-puissance colonisatrice qu’elle ne manque pas d’être audible jusque sur les bords de la Seine.

Depuis la recrudescence des attaques meurtrières, d’abord contre les populations civiles au début de l’année, puis en cette fin d’année contre les forces de défense et de sécurité, le courroux des Maliens s’est tourné vers les forces internationales présentes sur notre sol. Avec des interrogations qui ne manquent pas de bon sens. Que font tous ces soldats étrangers chez nous, s’ils ne peuvent pas nous aider à lutter efficacement contre le terrorisme ? La stabilisation du pays n’est-elle pas l’objectif de leur présence au Mali ?

L’insolente réussite des groupes terroristes face à nos soldats avec des épisodes sanglants à Boulkessi et Indelimane entre septembre et octobre, et plus récemment à Tabankort, a convaincu nombre de nos compatriotes que nous sommes au centre d’un vaste complot ou encore que nos « amis » venus nous aider sont coupables de non-assistance à personne en danger.

DÉSIR D’AFFIRMATION

 Forces françaises et onusiennes en prennent pour leur grade dans les diatribes acerbes proférées par nos compatriotes. La France constitue le principal exutoire de la colère et de la frustration des Maliens devant les revers fréquents de nos troupes face à l’ennemi. La charge la plus emblématique et la plus audible est venue d’une célébrité malienne. Salif Keita en l’occurrence a mené une violente charge contre l’ex-colonisatrice au détour d’une adresse au président de la République.

 La star de la musique accuse la France de complicité avec les forces obscurantistes qui sèment la mort sur notre territoire. Il exhortait nos dirigeants à dénoncer cette situation devenue, à ses yeux, insupportable. La carrure de l’auteur de l’accusation a sans doute obligé l’ambassade de France au Mali à une réaction somme toute épidermique qui n’a fait qu’alimenter davantage la polémique.
En plus de la sortie remarquée de l’un des Maliens les plus célèbres, on ne compte plus les montages vidéo et les textes aux relents complotistes qui tentent d’accréditer la thèse que la France est présente chez nous pour entretenir la crise et en profiter pour piller nos ressources naturelles. Ces accusations plongent en fait leurs racines dans l’histoire lointaine et récente entre les deux pays.

L’essor

Lire aussi

Mali: Goodluck Jonathan rencontre le chef de la junte et le président de la transition...

Au cœur des préoccupations pour cette visite du médiateur de la Cédéao : l’architecture de la transition...

Mali : le président de transition désigné fait sa première apparition publique...

Le président désigné au Mali pour conduire la transition devant ramener les civils au pouvoir, Bah Ndaw, a fait ce je...

Mali : le contrôleur général de police Alassane Traoré nommé Gouverneur de la région de Ségou...

Il aura fallu un peu plus de trois mois à la cité des Balanzans pour connaitre le nom de son nouveau chef de l’exéc...
Opération, FAMAS, Foret, Terroriste, Mali,

Mali : Trois militaires tués dans une embuscade à Boulkessy...

Hier, mercredi 23 septembre 2020, aux environs de 12h 45mns, une mission de patrouille des forces armées maliennes (FAM...