Gabon : arrestation des mutins qui voulaient mettre en place un « Conseil national de restauration »

CP / JA

Des militaires gabonais ont lu lundi matin à la radio d’État un message indiquant qu’un « Conseil national de restauration » allait être mis en place en l’absence du président Ali Bongo Ondimba, hospitalisé au Maroc. Depuis, le signal de Radio Gabon a été coupé. Les autorités ont annoncé l’arrestation des mutins.

Le ministre de la Communication Guy-Bertrand Mapangou, porte-parole du gouvernement, a annoncé lundi vers 9h GMT que les mutins avaient été arrêtés par les hommes du GIGN gabonais. « Aucune caserne n’a suivi l’appel » lancé par ces hommes, selon une source gouvernementale.

Le meneur présumé toujours en fuite

Onze personnes étaient présentes à l’intérieur des locaux de Radio Gabon, dont six agents de la radio gabonaise, lors de l’assaut lancé par le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale gabonaise. Quatre militaires ont été appréhendés et un autre, le lieutenant Kelly Ondo Obiang qui a pris la parole lors de l’intervention télévisée est toujours en fuite.

L’assaut s’est déroulé sans heurts

Contacté par Jeune Afrique, le ministre de la Communication Guy Bertrand Mapangou précise que celui-ci devrait être arrêté très rapidement. « L’assaut s’est déroulé sans heurts », précise le ministre. Une réunion de crise a par ailleurs été convoquée à la primature.

Appel à un « Conseil national de restauration »

Tôt dans la matinée, des tirs ont été entendus dans le centre de Libreville alors que quelques jeunes éléments de la garde républicaine avaient pris le contrôle de la radio d’État Radio Gabon. Un message a alors été diffusé, vers 6h30 heure locale, sur les ondes, pour annoncer qu’un « Conseil national de restauration » était mis en place en l’absence du président Ali Bongo Ondimba, afin « de sauver la démocratie, préserver l’intégrité du territoire nationale et la cohésion nationale ».

Jeune Afrique

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...