Gao : 3 personnes dont un important commerçant tuées en plein jour dans une rue

Menaka

Abdoulaye Oumar Maiga, un important commerçant de Gao et ses deux gardes du corps ont été tués en plein jour dans une rue par des hommes armés non identifiés. Les habitants sous le choc et en colère.

Il était près de 13h, ce 25 novembre dernier et une foule venait de sortir de la mosquée après les prières quand soudain des bruits d’armés automatiques retentissent dans le quartier château. A bord d’un véhicule 4X4 non immatriculé de couleur sable, les assaillants, 4 selon un informateur, ont tiré sur Abdoulaye Oumar Maiga, un important opérateur économique de Gao connu sous le surnom « opitin », alors qu’il se trouvait dans sa voiture accompagné de ses deux gardes du corps, Seydou Diallo et Mamadou Ly. L’action se passe en plein jour et en plein milieux de la rue. Selon un témoin joint sur place, un des assaillants a d’abord vidé son chargeur de

Argent

AK47 sur les deux gardes dans la cabine dont l’un conduisait la Mercedes. « C’est ainsi que Abdoulaye qui était assis à l’arrière du véhicule a reçu une balle à la tête » explique cet habitant de Gao qui parle sous anonymat pour sa sécurité. Il ajoute : « Quand ils ont su que Abdoulaye Maiga et ses gardes du corps sont neutralisées, l’un des assaillants est descendu de sa voiture puis s’était dirigé vers la voiture de ses victimes avant de prendre argent et armés qui se trouvaient dedans. L’homme en turban retourne ensuite vers ses camarades avant de disparaitre dans les rues poussiéreuses de la ville ». Panique général dans le quartier. Très vite, après le départ des assaillants, des habitants et des passants étaient venu secourir les victimes, c’était trop tard, deux étaient déjà morts et le troisième (Abdoulaye Maiga), succombera à ses blessures à l’hôpital de Gao quelques minutes après son arrivée. La ville de Gao était agitée, le marché et toutes les boutiques étaient fermés. Très remontée, une foule de jeunes se serait amassée devant l’hôpital pour s’enquérir des nouvelles, mais le personnel de l’hôpital n’a pas tout de suite voulu les informer de la mort d’Abdoulaye Maiga de peur d’un débordement.

Afin de calmer les tensions, l’Imam de la ville a lancé un appel au calme. Il faut reconnaitre que les cas de tuerie se multiplient dans la ville et ce qui fait mal aux populations de cette ville, nous dira un habitant de Gao, c’est que personne n’a pas encore pu fournir des explications. « C’est aux gendarmes et policiers maliens de Gao de faire les enquêtes » nous a confié un membre de la sécurité Onusienne.

Par Ibrahim M Maiga, à Gao

Lire aussi

Niger : le gouvernement interdit toute réexportation du riz entré sur son territoire...

Le Niger vient d’interdire « strictement » toute réexportation du riz entré sur le territoire national, ...

Mali: Après l’Imam Mahmoud Dicko, la plateforme anticorruption salue l’action récente ...

L’opération « mains propres » de la justice déclenchée au Mali la semaine dernière se poursuit. Après l&r...

Mali : les TDR du dialogue national inclusif validés mais sur fond de divergences...

Les termes de référence du dialogue national inclusif ont été validés ce lundi 16 septembre 2019 à Bamako. Les org...

Mali : le juge islamique, Houka Houka Ag Alhousseini plaide pour un débat entre les religieux afin ...

À Bamako depuis plus d’une semaine, le juge islamique de Tombouctou, Houka Houka Ag Alhousseini a rencontré plusieur...