Gao : 60 morts et plusieurs dizaines des blessés dans une explosion au camp du MOC

Un soldat devant le bureau du MOC, à Gao décembre 2016. ©Nord Sud Journal

A Gao, le bilan de l’attaque de ce matin s’alourdi. Selon une source sécuritaire à Gao, qui s’était rendue sur place, le bilan est de 60 morts et plusieurs dizaines de blessés.

Ce matin à Gao, deux kamikazes ont fait pénétrer une voiture bourrée d’explosif dans le camp  du Mécanisme Opérationnel Coordination (MOC) au moment où les soldats étaient  rassemblés dans le camp. « Un kamikaze a réussi à tromper la vigilance de soldats et a pénétré sa voiture dans le camp du MOC. L’explosion a fait de nombreux morts et de blessés », annonce le Lt-col Diarran Koné, porte-parole de l’armée.  « Un attentat Kamikaze a fait plusieurs dizaines de morts dans les rangs des mouvements de l’Azawad issus du Mécanisme Opérationnel de Coordination », annonce de son côté Mossa Ag Attaher, porte-parole du MNLA.  Selon une source sécuritaire à Gao, qui s’était rendue sur place, le bilan est de 60 morts et plusieurs dizaines de blessés.

La scène s’était déroulée peu avant 9 heures dans la ville de Gao. « Il y avait deux personnes abord d’une voiture stationnée à côté du camp du MOC et buvaient tranquillement des boissons gazeuses. Quand ils ont sentis que le rassemblement de soldats a commencé à l’intérieur du camp, ils ont foncé sur la porte d’entrée pour y rentrer », nous confie un témoin qui a requis l’anonymat.

Un autre témoin ajoute « Moi-même, j’ai compté 21 corps sans vie à l’intérieur du camp, mais c’était difficile de savoir le nombre exact car il y avait des morceaux de corps humains éparpillés un peu partout dans la cour».

Image du camp du MOC après l’attaque de ce matin. ©DR

Alors qu’à l’hôpital de Gao l’heure est à la mobilisation générale pour soigner les blessés. « Je suis en ce moment avec des blessés.  Nous avons arrêté toutes les activités de l’hôpital pour s’occuper de nombreux blessés qui nous arrivent. Certains ont succombé à leurs blessures, d’autres sont dans un état très grave », dit Dr Sadou Maiga, médecin de l’hôpital de Gao.

Défaillance sécuritaire

Selon une autre source sécuritaire malienne, au moment de l’attaque, les casques bleus de la MINUSMA étaient dans un blindé devant le camp du MOC pour assurer la sécurité, mais n’ont pas riposté. « On peut comprendre que sur le coup, les casques bleus étaient surpris par les kamikazes fonçant leur voiture sur l’entrée du camp, mais c’est qui choque encore, c’est qu’ils n’ont même pas tiré un coup de feu sur la voiture après avoir franchie la porte du camp », nous confie la même source sécuritaire malienne.

Dans un communiqué de presse, la MINUSMA affirme que « les circonstances précises » de cette attaque « restent à être déterminées » et souligne qu’elle « met actuellement tout en œuvre pour assister les blessés et sécuriser la ville ».

« Gao confirme son statut de capitale du Mujao et du terrorisme dans le Sahel par cet acte barbare et lâche », analyse Mohamed Ould Mahmoud un cadre de la CMA.

Environs 600 soldats issus des groupes signataires de l’accord de paix et de l’armée malienne se trouvaient dans le camp du MOC au moment de l’explosion. Ces soldats sont engagés dans les patrouilles mixtes pour assurer la sécurité dans les régions du Nord Mali, prévus par l’accord de paix.

Cette explosion n’a pas encore été revendiqué, mais porte la marque de groupes djihadistes présents dans la région et qui considèrent désormais le MOC comme premier ennemi.

Nord Sud Journal

 

Lire aussi

Mali : la réunion du Comité de suivi de l’accord de paix prévue à Kidal est annulée...

À la demande du gouvernement malien, la réunion du comité de suivi de l’accord de paix, prévue demain 17 septembre...

Mali : liberté provisoire refusée à Amadou Haya Sanogo et ses compagnons...

La chambre criminelle de la cour suprême du Mali a refusé la liberté provisoire à Amadou Haya Sanogo et ses compagno...

Mali-Guinée : Alpha Condé intervient pour la libération du prisonnier Bakary Togola...

En prison depuis le 13 septembre dernier, le président de l’APCAM, la plus grande association des pays du Mali, Bakar...

Mali : le procureur du pôle économique donne les raisons de l’arrestation de Bakary Togola...

Le Procureur du Pôle économique et financier de Bamako, Mamadou Kassogué a donné quelques détails de l’affaire Ba...