Guinée : 10 ans après, le pays est un modèle de « croissance sans développement »

10 ans après, la Guinée is back de l’opposant historique opprimé au président tripatouilleur de Constitution, le pays devient de plus en plus move back. En 2010 à Sékhoutouréya, le palais présidentiel.

La Guinée devait être de retour (si tant est qu’il s’agisse d’un retour) sur le plan économique : le bilan du professeur reste squelettique (move back), au point qu’en 2019, le Fonds monétaire international estime que le pays est un modèle de « croissance sans développement ».

La Guinée arrive 24e au classement 2019 des pays le plus pauvres qui produisent le moins de richesses par habitant avec un produit intérieur brut par tête de 926 dollars. Ce pays de l’ouest africain a un PIB de 12,62 milliards de dollars pour plus de 13,63 millions d’habitants. En 2019, 68,2% de la population guinéenne vivait en dessous du seuil de pauvreté, mesure la Banque mondiale.

PIB par habitant en 2019 : 926 dollars

PIB 2019 : 12,62 milliards de dollars

Population 2019 : 13,63 millions d’habitants

En clair, l’argent gagné -notamment- grâce aux réserves de bauxite ne profite pas à la population guinéenne.

Alpha Condé, « choqué », pique une colère monumentale après qu’il lui eut été fait remarquer que “la Guinée n’avait pas décollé économiquement” par un journaliste de TV5 en 2019.

“Je serai le Mandela de la Guinée.” Ce mardi 21 décembre 2010, le moment est historique. A 72 ans, Alpha Condé prête serment à l’issue d’un scrutin houleux mais validé au forceps par certains observateurs internationaux. Il est le nouveau président de la République de Guinée. L’aboutissement d’une interminable première partie d’existence pour le “professeur” devenu au fil des ans, à travers le monde, l’incarnation de l’opposant politique africain victime des pouvoirs -peu nombreux, certes- qui se sont succédé depuis l’indépendance.

Le 18 octobre 2020, les Guinéens sont appelés à élire leur président. Ils auront le choix entre douze candidats mais, une fois encore, le scrutin devrait surtout se résumer à un duel entre Cellou Dalein Diallo, le chef de l’opposition, et Alpha Condé.

Le président sortant qui brigue un troisième mandat après une modification constitutionnelle d’autant plus contestée que, longtemps, Alpha Condé a incarné aux yeux du monde la figure de l’opposant démocrate en proie à la dictature. Portrait.

Le monde du web

Lire aussi

DEFICIT ENERGETIQUE : Le Mali obtient une enveloppe de plus de 100 millions de dollars...

C’est après concertation du gouvernement, que l’annonce a été rendue publique. Le protocole d’accord signé dep...

TOMBOUCTOU : La jeunesse manifeste contre « l’insécurité grandissante »...

La jeunesse de Tombouctou à travers la plate-forme « Initiative Tombouctou debout » a organisé ce lundi 12 avril 2...

LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : l’appui précieux des religieux et des notabilités...

En recevant les leaders religieux et les notabilités traditionnelles de la capitale, le président de la Transition, Ba...

BOUNTI : La fronde des défenseurs des droits de l’homme...

La frappe de Bounti, c’est presqu’un bras de fer qui est engagé entre les défenseurs des droits de l’homme et le...