Guinée : des « consultations » sur la nouvelle Constitution peu appréciées

En Guinée, les consultations sur une nouvelle Constitution annoncées la semaine passée par le président de la République ont débuté. On en connaît maintenant le calendrier et les invités. Hier, jeudi 12 septembre, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana s’est rendu à l’Assemblée nationale pour s’entretenir avec son président. Les députés d’opposition ont, quant à eux, boycotté la rencontre.

Jusqu’au 25 septembre, Ibrahima Kassory Fofana consulte une quarantaine d’institutions, d’associations, de syndicats dont la liste fait débat, notamment l’absence de la Plateforme nationale des citoyens unis pour le développement (Pecud), du Balai citoyen, du Bloc libéral (arrivé quatrième à l’élection présidentielle), du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) ou encore du Parti des démocrates pour l’espoir (Pades), même si la grande majorité de l’opposition et de la société civile, regroupée dans le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), a d’ores et déjà prévenu qu’elle boycotterait.

La Constitution de 2010 a « fait son temps » 

Le Premier ministre a, malgré tout, débuté par l’Assemblée nationale, et son président, Claude Kory Kondiano : « Le président de la République est autorisé dans cette Constitution à organiser un référendum pour consulter le peuple sur le contenu à donner à la Constitution. La Constitution qui a été adoptée en 2010 a fait son temps. »

Le second personnage de l’État déplore « l’absence » des députés d’opposition. Ces derniers ont fait une déclaration publique quelques minutes plus tard. Fodé Oussou Fofana : « La vie des uns et des autres est connue. Nous nous sommes suffisamment exprimés. On a même créé un front, le Front national pour la défense de la Constitution. Est-ce que vous êtes d’accord avec nous pour violer la loi. C’est ça la mission de monsieur Kassory Fofana. Et ce qui a été dit aujourd’hui n’engage pas l’Assemblée nationale. »

Les partis politiques la semaine prochaine

Après la Haute autorité de la communication et le Conseil économique et social, la semaine prochaine sera consacrée aux partis politiques, aux ONG, ainsi qu’aux syndicats.

Lire aussi

MALI : Des experts de l’ONU demandent l’abandon des poursuites engagées contre un journaliste e...

Des experts de l’ONU ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient alarmés par le maintien en détention d’un journ...

MALI : 22 administrateurs civils sur 131 physiquement présents à leur poste au nord du pays...

Dans le dernier rapport des Nations Unies, parlant du rétablissement de la présence et de l’autorité́ de l’État...

MALI : Les FAMa neutralisent à nouveau des assaillants à Ansongo...

L’Armée malienne a de nouveau mis en déroute des éléments d’un groupe armé terroriste, précisent des sources m...

LUTTE ANTITERRORISTE: La Force G5-Sahel dénonce les «allégations d’exactions» imputées à...

Dans un communiqué publié ce jeudi 8 avril 2021, la Force conjointe du G5 Sahel dément des « rumeurs sur les réseau...