Guinée : la polémique sur le texte modifié de la Constitution divise la classe politique

En début de semaine, l’Ordre des avocats a dénoncé des différences entre le projet de nouvelle Constitution soumis au référendum le 22 mars et le texte qui a finalement été publié au journal officiel le 14 avril dernier.

L’opposition, qui avait boycotté le scrutin du 22 mars, dénonce une « falsification » de la Loi fondamentale, tandis que le parti du président, le RPG, minimise cette polémique.

Dans l’opposition, ce texte est largement critiqué. Pour Cellou Dalein Diallo, le leader de l’UFDG, cette situation est « une illustration éloquente du mépris de l’Etat de droit ». En cause par ailleurs, l’introduction du parrainage des candidatures pour une élection. 

« Il y a clairement la volonté de tout ramener au niveau d’une seule personne, estime Mohamed Tall, directeur de cabinet de Sidya Touré. Il est évident que c’est une manière de laisser la possibilité au président de choisir ses candidats. Etant entendu qu’au niveau de l’Assemblée ou même au niveau des collectivités, Il a pris le soin de tout mettre à sa solde. »

Au sein de la majorité présidentielle, ces critiques suscitent l’étonnement.
Pour Souleymane Keïta, député du RPG, aucun changement n’a été apporté au texte. « Il y a un avant projet qui a été vulgarisé, je dirais, au niveau national et la Constitution publiée dans le journal officiel est effectivement la mouture finale qui a été transmise par la Cour constitutionnelle et sur laquelle le peuple a voté le 22 mars. Alors qu’on parle de falsification, je suis étonné. »

L’Ordre des avocats, qui dénonce « une délinquance juridique », entend mettre en place une commission spécialement chargée d’étudier les voies de recours afin de faire retirer le texte publié au journal officiel.

Rfi

Lire aussi

Éviter le chao en République de Guinée, Organisations de la Société Civile appelle sur la situa...

Ce mardi 29 septembre 2020, des Organisations de la Société Civile et Mouvements Citoyens de la sous région Ouest-Afr...

Mali : Moussa Traoré, Modibo Keïta et l’État de droit, Tiébilé Dramé dresse l’état des li...

L’ancien ministre malien des Affaires étrangères, emprisonné plusieurs fois comme leader estudiantin et syndicalist...

Les craintes du Collectif pour la transition en Guinée...

Au cours d’un colloque à Paris ce lundi, le Collectif pour la transition en Guinée a réitéré son opposition à un...

Présidentielles au Niger: l’union européenne débloque une somme de 4,5 millions d’euros...

L’Union européenne a signé le jeudi 24 septembre avec le Niger, une convention de financement pour la mise en œuvre...