IBK parle avec « Soumi » et rencontre l’EPM

Après son avoir parlé au téléphone avec Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition, IBK rencontre l’EPM « pour faire avancer le Mali »

Le 14 février dernier, le président IBK a pris son téléphone pour appeler avec son « petit frère » Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition. L’objectif est de baisser la tension entre opposition et majorité à la veille d’un référendum pour le changement de la constitution malienne prévu fin avril prochain.

Le samedi 16 février dernier,  dans l’après midi, Ibrahim Boubacar Keita a rencontré au Palais présidentiel de Koulouba la plateforme de la majorité politique « Ensemble Pour le Mali (70 partis politiques)». Les échanges du jour ont été introduits par Dr Bocari Tréta du RPM, en présence du Premier Ministre, Chef du gouvernement, des Présidents des Institutions de la République, des membres du Gouvernement, des proches collaborateurs du Président de la République, des Présidents politiques et sociaux de l’EPM. Là encore, l’objectif est d’unifier les forces de son propre camp « pour rénover et moderniser les institutions de la République ».

Les activités politiques pour l’apaisement du front social

Dans le cadre de la sécurisation des personnes et de leurs biens, de l’apaisement du front social, EPM félicite le Gouvernement pour tous les efforts dans le cadre de la décrispation du climat social qui demandent des sacrifices budgétaires énormes visant l’amélioration des conditions de vie des populations. « EPM et Gouvernement conjugueront leurs efforts en vue du respect des délais légaux pour le référendum et les élections législatives. EPM entend accompagner IBK jusqu’au bout pour la réussite de son second mandat » a évoqué M. Ba.

Si la majorité politique est mobilisée et l’opposition dirigé par Soumaila Cissé accepte le dialogue politique pour aller vers les réformes constitutionnelles, il reste les puissants leaders religieux du HCIM qui avaient appelé le 10 février dernier à la démission du premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga, l’homme qui doit mener ces réformes institutionnelles du Mali.

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...