Iran : Un Boeing ukrainien s’écrase après son décollage et fait 176 morts

Un avion de ligne ukrainien transportant 176 personnes, principalement des Iraniens et des Canadiens, s’est écrasé mercredi en Iran peu après son décollage de Téhéran, tuant tous ceux qui se trouvaient à bord, ont annoncé les autorités iraniennes et ukrainiennes.

L’avion, un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines, avait décollé avant l’aube de l’aéroport international Imam Khomeiny de Téhéran en direction de Kiev, selon l’agence semi-officielle Isna.

Il s’est écrasé sur des terres agricoles à Khalaj Abad dans le district de Shahriar, à environ 45 km au nord-ouest de l’aéroport, selon des médias d’Etat. « Sur les 176 personnes qui ont péri, neuf étaient des membres d’équipage et les autres des passagers » dont 15 enfants, a déclaré le gouverneur adjoint de la province de Téhéran, Mohammad Taghizadeh, cité par Isna. « Il y a actuellement 500 personnels médicaux sur place » pour retrouver les corps.

L’Ukraine met en garde contre les « spéculation »

« De toute évidence, il est impossible que des passagers » du vol PS-752 Téhéran-Kiev « soient en vie », a déclaré à Isna le chef du Croissant-Rouge iranien, Morteza Salimi. Le chef de la diplomatie ukrainienne, Vadym Prystaïko, a indiqué que 82 Iraniens et 63 Canadiens se trouvaient à bord. Onze Ukrainiens (deux passagers et neuf membres d’équipage), dix Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques s’y trouvaient également, a-t-il précisé.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a mis en garde contre toute « spéculation » ou « versions non vérifiées » sur la catastrophe. L’ambassade ukrainienne en Iran avait auparavant mis en cause « une panne d’un moteur de l’appareil due à des raisons techniques », ajoutant : « la thèse d’un attentat terroriste est pour le moment exclue ». Le crash a vraisemblablement été causé par « des difficultés techniques », a indiqué PressTV, la télévision d’Etat en langue anglaise, citant Ali Khashani, porte-parole de l’aéroport Imam Khomeiny. « L’avion a pris feu après s’être écrasé », selon cette télévision.

Contrôle technique récent

Selon la compagnie ukrainienne, l’avion était neuf et avait passé son contrôle technique il y a deux jours. « L’avion a été fabriqué en 2016, il a été reçu par la compagnie aérienne directement de l’usine (Boeing). L’avion a subi sa dernière maintenance technique régulière le 6 janvier 2020 », a déclaré Ukraine International Airlines sur Facebook précisant suspendre la liaison aérienne avec Téhéran sine die.

Le crash est survenu peu après que l’Iran a tiré des missiles dans la nuit de mardi à mercredi sur des bases en Irak utilisées par des militaires américains pour venger la mort du général iranien Qassem Soleimani. Ce général des Forces Qods des Gardiens de la révolution, a été tué vendredi à Bagdad par une frappe aérienne des Etats-Unis. A la suite des tirs de missiles iraniens, l’administration fédérale américaine de l’aviation, la FAA, a annoncé qu’elle suspendait les vols des compagnies enregistrées aux Etats-Unis au-dessus de l’Irak, de l’Iran et du Golfe. « La FAA continuera à surveiller de près les événements au Moyen-Orient », ajoute un communiqué.

20 Minutes avec AFP

Lire aussi

Mali Berabich Tombouctou Taoudeni

Mali: Le Conseil Supérieur des Chefs BERABICH et Alliés engagés pour la stabilité sociale...

Poser le bon diagnostic et trouver des solutions porteuses à  la trilogie la paix, sécurité et développement, t...
Mali Indonésie

Mali-Indonésie: L’ambassadeur Wahyudin a présenté sa lettre de créances au Président de la tr...

L’axe Bamako- Jakarta nouvellement baptisée  » Nusantara » se bonifie. L’ambassadeur de l’Indonésie ...
Mali coton Diazon Ibrahima Diawara

Mali : le rendement record de 3 tonnes de coton à l’hectare de la société Diazon...

Alors que la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) doit annoncer la quantité de sa récolte cot...

Mali : 136 exploitants des mines illégaux interpellés...

Les autorités maliennes ont arrêté 136 personnes exerçant illégalement dans les mines. Ils sont désormais à la di...