LA CLARIFICATION DES STRUCTURES SANITAIRES DU MALI SUR L’AFFAIRE DU THE ACHOURA CONTAMINE: « ce n’est pas le thé Achoura dans sa globalité qui cause des problèmes… »

Le samedi le 06 mars 2021, la salle de conférence du ministère de d’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche  a abrité une conférence de presse pour clarifier la situation du thé contaminé Achoura.

Présidée par le directeur de l’institut nationale de santé publique (INSP)  Pr Akory Ag Iknane, en présence  de plusieurs membres, du ministère de l’Agriculture de l’Élevage et de la Pêche ; du ministère de la Santé et du Développement social ; du ministère de l’Industrie, du Commerce  et de la Promotion des investissements, la conférence de presse avait pour but d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur l’incident du Thé Achoura contaminé. Au mieux, il s’agit de rassurer la population malienne.

« Notre rôle c’est de veiller à ce que la population malienne consomme des aliments sains », a tout de suite indiqué le Pr Akory Ag Iknane, qui apporte une précision de taille : « ce n’est pas le thé Achoura dans sa globalité qui cause des problèmes,  sinon c’est notre rôle. Je voudrais rappeler que le rôle en terme  de sécurité  des aliments,  c’est assurer d’abord l’évaluation des risques et c’est dans ce cadre que nous avons évalué ». Pour le spécialiste, il faut vérifier si les aliments sont propres à la consommation pour protéger le consommateur.

Aussi Akory Ag Iknane explique la mission de son service : « c’est de communiquer sur ces risques là pour que la population soit suffisamment informer et éviter qu’elle ne consomme pas des aliments qui soient pas propres à la consommation ».

Bakary Diarra, chef du département nutrition et sécurité sanitaire des aliments, a relaté les faits. « Tout a commencé par une lettre de l’ambassadeur du Mali en Belgique dans laquelle il lui avait été notifié l’existence  de thé contenant des substances impropres à la consommation. Son excellence a alors écrit au ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale qui a imputé cette correspondance au ministre de la Santé pour dispositions à prendre. C’est dans ce contexte que l’institution nantie de ses missions qui sont entre autres d’assurer la sécurité sanitaire des aliments a entrepris des investigations », a expliqué M. Diarra qui précise : « effectivement après les analyses faites au niveau de laboratoire central vétérinaire que nous avons détecté les pesticides qui sont reconnus comme étant des contaminants potentiels pour ces genres de denrées. Alors sur les 5 lots, il y a un lot qui présentait deux types de pesticides à des doses anormalement élevées. C’est  ce lot qui est incriminé. Alors face à cette situation, la mesure qui s’impose est  de le retirer à la portée de nos concitoyens,  et les résultats ont été communiqués par qui de droit pour prendre des dispositions ».

Bintou Diawara

Lire aussi

PLUIE D’OBUS SUR AGUELHOK, HIER: Le camp de la MINUSMA visé par des terroristes, des habitations ...

Cela fait plus de deux (02) mois que le camp de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stab...

G5 SAHEL : Le sommet de la clarification...

Les chefs d’État de la coalition sahélienne et le président français échangeront ce vendredi sur la nouvelle stra...

PROCESSUS ELECTORAL : A la recherche d’un consensus...

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rencontré hier, en fin d’après-midi, à la Primature, la classe po...

ASSASSINAT DU PRESIDENT HAÏTIEN: Le point sur l’enquête...

Peu de communications officielles depuis l’annonce de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse che...