La justice décide la liquidation d’Aigle Azur et laisse un sursis à la compagnie

Le tribunal de commerce d’Évry a décidé ce lundi 16 septembre la liquidation de la compagnie aérienne française Aigle Azur en cessation de paiements, mais lui a accordé un sursis jusqu’au 27 septembre pour laisser une dernière chance aux candidats repreneurs.

Le tribunal de commerce d’Évry a décidé la liquidation d’Aigle Azur avec poursuite d’activité, a annoncé aux journalistes sa présidente Sonia Arrouas, à l’issue d’une audience à huis clos ce lundi. Cette décision permet de donner un délai supplémentaire aux candidats repreneurs pour qu’ils puissent peaufiner leurs offres, et de continuer à payer les salariés, a expliqué une source proche du dossier. Les avions de la compagnie ont déjà arrêté de voler depuis le 7 septembre.

« Aujourd’hui les offres n’ont pas été suffisamment satisfaisantes, le tribunal a demandé une amélioration des offres » qui pourront être remises « jusqu’à mercredi minuit » et seront examinées le 23 septembre par le tribunal, a précisé Sonia Arrouas, précisant que le délibéré serait rendu « au plus tard le 27 septembre ».

L’espoir des syndicats

Cette décision de liquidation judiciaire avec poursuite d’activité « nous donne un espoir pour l’amélioration d’offres qui ont été faites », a réagi Loïc Philippot, vice-président du syndicat de pilotes SNPL Aigle Azur, non élu au Comité d’entreprise.

Le tribunal souhaite pousser les investisseurs à améliorer leurs offres pour sauver le plus d’emplois et montrer que les « slots » ne doivent pas être uniquement l’enjeu de cette bataille. Pour nous c’est très difficile de devoir attendre. On a la boule au ventre.

La CFDT a d’ailleurs demandé dans un communiqué « que le groupe Air France et le groupe Dubreuil utilisent ce délai (jusqu’à mercredi) afin de négocier un accord de performance collectif avec les organisations syndicales de l’entreprise Aigle Azur ».

La liquidation sera prononcée le 27 septembre et prolonge l’activité. Ça laisse 48h aux entreprises pour modifier leurs offres pour qu’elles soient conformes en droit ou permettre la proposition faite par les organisations syndicales CFDT-CFTC de négocier un accord de performance.

En tous cas, l’annonce d’une liquidation ne devrait pas rafraîchir les ambitions de reprise d’autres compagnies aériennes. Au contraire, cela permet de ne pas reprendre les salariés avec leurs contrats actuels, ce que ne souhaitent pas, par exemple, Air France et Air Caraïbes.

Avec AFP

Lire aussi

Mali, violations droits humain, fama,gatia,

Mali : à Douentza, « les corps sans vie des peuls sont abandonnés comme ceux des vaches en saiso...

La scène est irréaliste. À trois kilomètres du poste de l’armée malienne, à l’entrée de la ville de Douentza ...
Banamba djihadiste attaque

Burkina : ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul isl...

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier a...

Lutte anti-corruption au Mali : les dossiers de l’avion du président IBK et les équipements mili...

Amadou Baïba Kouma, Sidi Mohamed Kagnassi, Mme Boiré Fily Sissoko ancienne ministre des Finances … et Moustapha Ben ...

Accord d’Alger-opérations militaires : IBK face à ses paroles !...

L’homme avait habitué les Maliens à pointer du doigt les autres, accusant ses prédécesseurs de tous les péchés d...