L’ancien président du Niger, Mamadou Tandja est décédé hier

Mamadou Tandja, ancien président du Niger, est décédé mardi 24 novembre 2020, à l’âge de 82 ans. Il aura été adulé, puis finalement renversé par un putsch après avoir tenté de s’accrocher au pouvoir.

Mamadou « Baba » Tandja a présidé le Niger de 1999 à 2010.
Vers la fin de sa vie, les Nigériens retenaient surtout son image de Père de la Nation (« Baba Tandja »), de l’homme qui avait lutté contre la pauvreté de ses concitoyens.
Un ancien conseiller à la présidence, Oumarou Cissé Issa, allait même récemment jusqu’à le qualifier de « légende ».

Témoignage d’un proche

Ecoutez ici notre interview avec Chaïbou Arzika, proche de Mamadou Tandja, qui travaille à l’ASECNA (Agence pour la Sécurité de la Navigation aérienne en Afrique et à Madagascar). Jeune homme, il avait rencontré Mamadou Tandja par le biais d’un autre ancien président, Seyni Kountché.

« Mater » les rébellions touaregs

Colonel de l’armée, Mamadou Tandja s’est fait connaître par un coup d’Etat, en avril 1974. Il avait alors participé à renverser Hamani Diori, le premier président du Niger post-indépendance, par les putschistes conduits par le général Seyni Kountché.
Rapidement, Mamadou Tandja devient homme d’Etat, il est plusieurs fois nommé préfet et ministre de l’Intérieur.

En mai 1990, il dirige la répression d’une manifestation de Touaregs qui se solde par un bain de sang (63 morts) et qui déclenche la première rébellion dans le nord, entre 1991 et 1995.
Membre du MNSD (ancien parti unique), Mamadou Tandja devient président en 1999. Il est réélu en 2004.
A la fin des années 2000, de 2007 à 2009, il doit faire face à une nouvelle rébellion touareg. Il ordonne à l’armée de mater ce mouvement.

Le village d’abord, la ville ensuite 

C’est sur le plan social que Mamadou Tandja laisse les meilleurs souvenirs, car il aura tenté de « renforcer le pouvoir d’achat des paysans » afin qu’ils puissent « mieux se nourrir », s’éduquer et « soigner leurs enfants », comme il le déclarera lui-même dans un discours.
Mamadou Tandja emploie les fonds provenant de l’annulation des dettes du Niger pour lancer aussi une politique de grands travaux (écoles, centres de santé, électrification etc.).
Il encourage également le micro-crédit aux femmes dans les zones rurales, instaure la gratuité des soins pour les femmes et les enfants de moins de cinq ans. 
Mamadou Tandja se veut impitoyable contre la corruption et fait incarcérer les ministres et parfois même ses amis impliqués dans des affaires de malversations.

Fin de règne difficile

A la fin de son second mandat, Mamadou Tandja essaie de s’accrocher au pouvoir. Il tente, en 2009, d’organiser un référendum constitutionnel pour obtenir le droit de briguer un troisième mandat, contre l’avis de l’Assemblée nationale, qu’il dissout.
La crise politique s’aggrave et en février 2010, Mamadou Tanja est renversé par un coup d’Etat, emprisonné puis relaxé en 2011 par la justice.
En 2014, il refait parler de lui en réclamant un audit sur la gestion du pays par la junte militaire, entre 2010 et 2011.
En 2015, Mamadou Tandja avait été soigné en France.

Avec Dw.com

Lire aussi

Mali: liberté provisoire pour l’artiste Sidiki Diabaté...

Le juge d’instruction du tribunal de grande instance de la commune III de Bamako a accordé au chanteur malien Sid...

Barkhane: trois soldats français ont été tués au Mali...

Trois soldats français ont été tués lundi par une bombe artisanale dans la zone des “trois frontières”, dans le...

Mali: l’AMDH se « réjouit des conditions de détention » des cinq personnalités initialement a...

Arrêtées et détenues par les services de renseignement pendant une semaine, cinq personnalités civiles, dont le cél...

Décès de Soumaila Cissé: la dépouille mortelle arrive le 31 décembre au Mali...

La dépouille mortelle de Soumaila Cissé arrive à Bamako, jeudi, et son enterrement est prévu vendredi 1er janvier 20...