Le Front Populaire de l’Azawad en congrès à partir d’aujourd’hui : la lutte contre le terrorisme au centre des débats

Le front Populaire de l’Azawad (FPA), un  groupe armé signataire de l’Accord de Paix d’Alger va tenir dans les prochains jours, un congrès ordinaire au cours duquel, il sera surtout question de mise en œuvre de l’accord d’Alger, mais aussi de lutte contre le terrorisme qui nécessite l’union de tous les mouvements armés signataires de l’accord.

Dans la même dynamique, les participants à ce congrès qui aura pour cadre la  localité de Tin Aouker, principale base du FPA, vont dégager des nouvelles orientations susceptibles de ramener la paix dans notre pays à travers des propositions de solutions aux nombreux goulots d’étranglement du processus de paix d’Alger, dont le principal est l’exclusivité de certains groupes dans  la mise en œuvre. Il s’agira aussi, au cours des travaux d’agir et réagir face à la propagande des terroristes et aux risques qui planent sur le pays dans son intégrité, sa cohésion sociale, son organisation politique et administrative, et sa sécurité.

Des sources bien introduites, il nous revient que le Secrétaire général du Front Populaire de l’Azawad (FPA), a déjà effectué un déplacement à Tin Aouker, il y a une semaine,  afin de superviser les derniers préparatifs du congrès. En plus des représentants de plusieurs groupes armés engagés dans le processus de paix, les participants de l’extérieur, dont ceux du Niger, du Burkina FASO, de l’Algérie et d’autres pays, sont attendus. Le Mali est engagé, depuis janvier 2013, dans un processus de sortie d’une crise liée au coup d’Etat du 22 mars 2012 et à l’occupation des trois régions du nord. Les graves conséquences de cette crise se mesurent en termes de ruptures massives du tissu social, des populations qui n’ont plus accès à la nourriture, à l’eau potable, aux soins de santé etc. Cette crise peut être considérée à la fois comme la cause et la conséquence de fractures à plusieurs niveaux et entre différentes composantes de la société malienne, à la lecture des fluctuations des conflits sociopolitiques qui ont jalonnés le parcours de l’Etat Malien.

Selon le Colonel Hassane Ag Mehdy, secrétaire général du Front Populaire de l’Azawad (FPA), les différentes composantes de la société malienne aspirent aujourd’hui à une véritable cohésion sociale, mais pour y arriver, « il faut réconcilier tout le monde ». La finalité recherchée est d’opérationnaliser, à travers un cadre approprié et fédérateur, les actions patriotiques contre les risques de nouvelles invasions terroristes, comme c’était le cas en 2012. Dans la même dynamique, il sera aussi question du Démobilisation  Désarmement et Réinsertion (DDR), car certains combattants du FPA n’ont pas    participé à l’étape de Kidal, en raison de certaines incompréhensions.

Le Matin

Lire aussi

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...

Police au Mali : nouvelles quittances pour mettre fin aux magouilles sur les routes maliennes...

Malick Coulibaly, le ministre de la Justice, a livré des carnets de quittance aux directeurs régionaux de la police le...