Le patron de l’ONU avertit du «fort risque» d’atrocités au Mali

Photo : Sylvain Liechti/MINUSMA

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a averti du «fort risque» d’atrocités futures au Mali, dans un rapport appelant à renforcer la présence de la force onusienne de maintien de la paix dans le centre du pays.

Dans ce rapport adressé au Conseil de sécurité vendredi et obtenu par l’AFP, Antonio Guterres s’est dit «consterné» par la montée des violences et a appelé le gouvernement à renforcer sa réponse contre les groupes extrémistes. «Si ces inquiétudes ne sont pas prises en compte, il y a un fort risque d’escalade qui pourrait aboutir à la commission d’atrocités», a écrit Antonio Guterres.

Quelque 160 habitants d’un village peul du centre du Mali, Ogossagou, ont été tués le 23 mars, la plus grave tuerie qu’ait connue le Mali depuis 2012. Le drame a suscité une vague d’indignation populaire et des manifestations aboutissant un mois plus tard à la démission du gouvernement, jugé incapable d’endiguer la hausse des violences liées aux groupes djihadistes et aux troubles intercommunautaires. Face à cette détérioration de la situation, Antonio Guterres recommande que la force de maintien de la paix de l’ONU au Mali, la Minusma, ne soit pas réduite, malgré les appels des Etats-Unis en ce sens.


>> A LIRE Mali : Une enquête de la MINUSMA sur l’attaque de Koulogon peulh révèle des graves violations des droits de l’homme


Le Conseil de sécurité doit se prononcer le 27 juin sur le mandat de la Minusma, mise en place après l’intervention militaire menée par la France en 2013 pour chasser les djihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali. Selon le rapport, la mission devrait être renouvelée pour un an, avec un effectif maximum inchangé de 13.289 militaires et de 1920 policiers. Actuellement, quelque 14.700 militaires et policiers sont déployés au Mali, pour l’une des missions de l’ONU les plus dangereuses, avec quelque 120 morts dans des actes hostiles. Guterres recommande que la présence de la Minusma soit renforcée dans le centre du pays en y déployant une ou deux unités de police, soit 280 agents.

De plus, la gestion d’un camp dans le nord du Mali pourrait être transférée aux forces maliennes, estime le rapport, libérant ainsi 650 personnes pour des renforts dans la région de Mopti, dans le centre du pays. Un accord de paix avait été signé à Bamako en 2015 entre le gouvernement malien et des groupes armés, mais près de quatre ans plus tard, l’accord a échoué à stopper les violences.

AFP

 

Lire aussi

Coopération Mali-Togo : le ministre togolais des Affaires étrangères Robert Dussey reçu par le p...

Le renforcement des relations diplomatiques entre le Togo et le Mali, au cœur des échanges ce lundi 19 octobre 2020 en...

Mali : accident sur le 3èm pont, un véhicule et ses occupants tombent dans le fleuve...

Un accident tragique s’est produit aujourd’hui mardi 20 octobre 2020 au environ de 09h sur le 3eme pont communé...

Election présidentielle : Alassane Ouattara en campagne dans les avions du roi du BTP Bonkoungou...

Les élections présidentielles en Côte d’Ivoire. Entré en campagne pour un troisième mandat, Alassane Ouattara va ...

Mali : gouvernance de l’après-IBK, la Transition est-elle mal partie ?...

Sitôt les réserves de la Cedeao levées et la Transition malienne est partie comme sur des chapeaux de roue. Les organ...