Le retour du festival au désert divise Tombouctou

@DR

Longtemps resté en exile, le festival au désert fait son retour à Tombouctou ce 28 janvier prochain avec un concert géant sur la place Sankoré de la ville.

Depuis cette annonce, des voix se lèvent pour dénoncer non seulement le lieu choisi mais aussi le timing  de ce haut rendez-vous culturel et musical.  « L’insécurité persistante, les menaces qui planent sur la ville, la psychose ne sont pas un contexte favorable pour la tenue d’un événement festif », dénonce une partie de la société civile de Tombouctou dans un communiqué signé par Hamza Maiga, ce 25 janvier.  Pour des raisons de sécurité, les organisateurs ont évité de communiquer sur cet évènement sur leur site web, pourtant plate-forme officiale d’information et d’accréditation du festival. Nous « appelons à la sagesse des organisateurs pour annuler purement et simplement cette manifestation qui constitue une menace pour la quiétude des populations », insiste Hamza Maiga dans son communiqué.

En dehors du cadre sécuritaire, un autre débat s’ouvre. Il s’agit du lieu choisi.  En effet, cette majestueuse dune de sable de la place Sankoré où devra se tenir le concert du festival est contestée par les cadres de Tombouctou. « Il faut savoir que la place de Sankoré est une esplanade de la mosquée (du même nom), à cet effet, elle fait partie intégrante de mosquée et ne peut être un centre culturel », souligne Moulaye Ahmed Ould Abdoulaye (Abeydi), un cadre de la région de Tombouctou.

Absent de la région depuis cinq ans, l’emblématique festival au désert est un rendez-vous touristique incontournable de la région de Tombouctou. Depuis la crise malienne, le festival au désert se tenait en exile et notamment dans les camps de réfugiés maliens dans les pays voisins comme le Burkina Faso et sur les scènes internationaux.

Nord Sud Journal

Lire aussi

DIRECT Mali : tirs à l’arme automatique, plusieurs blessés à Tombouctou...

Des tirs ont provoqué plusieurs blessés dans la ville de Tombouctou lors d’un rassemblement de jeunes de la vill...

Mali : Bilal Ag Achérif aux chefs d’Etat de la CEDEAO : « Il y a plus urgent que Kidal !»...

Est-ce une fixation ou une véritable volonté de s’impliquer dans la résolution de la crise que notre pays traverse ...

Mali : l’armée française va utiliser des drones armés...

Ces drones conduisaient jusqu’à présent des missions de renseignement et de surveillance au-dessus du Sahel afin de ...

Mali : On se plaint de l’état de nos routes, et le directeur national des routes bitume sa rue !...

Le pays tout entier est en ébullition à cause de l’état de nos routes. De Kayes à Ménaka, on conteste et on prote...