Le scandale des hélicoptères Puma au Mali

L’affaire des hélicoptères Puma achetés à la France est devenue un scandale de détournement de l’aide militaire. Les conditions d’acquisition et d’entretien de deux hélicoptères sont l’objet d’une enquête judiciaire.

La polémique autour des conditions d’acquisition et d’entretien de deux hélicoptères Puma acquis d’occasion en 2017 ne faiblit pas au Mali. Après l’ouverture d’une enquête judiciaire, le procureur de la République en charge du Pôle économique et financier de Bamako a lancé en septembre un appel à témoins. Au sein de l’opposition malienne et de la société civile, on parle désormais « d’un vaste scandale de détournements et de surfacturation autour de cette affaire ».

« Nos hélicoptères Puma sont cloués au sol faute de maintenance appropriée », déclarait le président malien Ibrahim Boubacar Keita le 1er  juillet dernier dans les colonnes de l’hebdomadaire Jeune Afrique. « Nous avons peut-être été floués ou nous avons mal évalué la marchandise », a ajouté quelques jours après, son fils, Karim Keita, député et président de la commission défense à l’Assemblée nationale.

Commission d’enquête

À la demande de Soumaila Cissé, chef de l’opposition parlementaire de l’Union pour la république et la démocratie (URD), une commission d’enquête parlementaire d’une quinzaine de membres a été constituée par l’Assemblée nationale pour tenter d’en savoir davantage sur cette affaire dite des « aéronefs cloués au sol ».

« La commission a commencé ses travaux. Elle a même écouté l’honorable Soumaila Cissé il y a une dizaine de jours. Ce qui est très important. Pour l’instant on ne peut pas en dire plus. Soumaila a été écouté et nous avons compris que la commission est dans de très bonnes dispositions pour vérifier les faits qui ont été porté à sa connaissance, et au besoin rendre public, ce qui est d’ailleurs normal, les conclusions de son rapport au bout de deux mois de travail », a expliqué Demba Traoré, le secrétaire à la communication de l’URD, la deuxième force politique du pays.

Un rapport qui devrait situer les responsabilités autour de l’achat de ces deux hélicoptères militaires de modèle  Puma dont le règlement aurait été fait en liquide pour un peu plus de sept milliards de francs CFA par le Mali à la France.

 Des hélicoptères aujourd’hui inutilisables qui ont été acquis, selon la Plateforme contre la corruption et le chômage au Mali, à l’état d’épave, sans appareil de visée et sans dispositif d’éjection pour les pilotes.

« Pourquoi ces hélicoptères sont cloués au sol ? Pourquoi un défaut de maintenance ? Ceux qui ont fait l’expertise des deux aéronefs doivent être interpellés devant la justice. Parce qu’on ne peut pas flouer tout un peuple de cette manière, ceci est inacceptable. Il faut rappeler que le Mali n’est pas un Etat comprador, nous sommes un Etat souverain, indépendant, donc on ne peut pas être floué. Peut-être que ce sont ceux qui ont acheté ces hélicoptères qui ont floué l’Etat, pas nos partenaires financiers’’, indique Abdourahamane Traoré, le coordinateur de cette plateforme.

La justice malienne aurait déjà auditionné l’ancien chef d’état-major général de l’armée de l’air ou encore l’ancien chef d’état-major général des armées qui étaient en activité au moment des faits.

DW

Lire aussi

Mali Berabich Tombouctou Taoudeni

Mali: Le Conseil Supérieur des Chefs BERABICH et Alliés engagés pour la stabilité sociale...

Poser le bon diagnostic et trouver des solutions porteuses à  la trilogie la paix, sécurité et développement, t...
Mali Indonésie

Mali-Indonésie: L’ambassadeur Wahyudin a présenté sa lettre de créances au Président de la tr...

L’axe Bamako- Jakarta nouvellement baptisée  » Nusantara » se bonifie. L’ambassadeur de l’Indonésie ...
Mali coton Diazon Ibrahima Diawara

Mali : le rendement record de 3 tonnes de coton à l’hectare de la société Diazon...

Alors que la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) doit annoncer la quantité de sa récolte cot...

Mali : 136 exploitants des mines illégaux interpellés...

Les autorités maliennes ont arrêté 136 personnes exerçant illégalement dans les mines. Ils sont désormais à la di...