Les avocats de l’accusatrice de Neymar rompent avec leur cliente

Ils mettent en avant les contradictions de la jeune femme dans ses déclarations. Par ailleurs, la justice brésilienne va convoquer la star brésilienne, coupable d’avoir diffusé des messages et des images intimes dans le but de se défendre.

Les avocats de la jeune femme qui accuse de viol le footballeur brésilien Neymar ont rompu avec leur cliente en raison de contradictions dans ses déclarations, a rapporté lundi la chaîne de télévision Globo. Dans une lettre de rupture du contrat citée par Globo, les avocats du cabinet Fernandes e Abreu indiquent que leur cliente a commencé par leur affirmer avoir eu une relation consentie avec Neymar, mais que ce dernier était par la suite devenu violent et l’avait agressée. Puis, dans sa plainte déposée devant la police brésilienne avec l’assistance d’un autre avocat, la jeune femme «a décrit les faits survenus comme un ‘’viol’’, ce qui est une allégation totalement différente», poursuit le cabinet.

Cette affaire impliquant la star du football brésilien a éclaté samedi, avec la révélation d’une plainte déposée à Sao Paulo par une Brésilienne accusant Neymar de l’avoir violée lors d’une rencontre mi-mai à Paris, après deux mois d’échanges sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo publiée samedi sur Instagram, Neymar a nié ces accusations, assurant être «tombé dans un piège». Pour tenter de se disculper, il a diffusé dans cette longue vidéo les messages intimes échangés avec la jeune femme, y compris des photos dénudées qu’il a reçues. Lundi, ce contenu avait été supprimé d’Instagram.


>> A lire Les 5 questions que pose l’«affaire Neymar»


La police de Rio a annoncé dimanche qu’une enquête serait ouverte au sujet de la diffusion de ces messages intimes, des faits sanctionnés par la loi brésilienne. «Neymar encourt un à cinq ans de prison», explique à l’AFP l’avocat pénaliste Leonardo Pantaleao, qui considère toutefois que le joueur pourrait bénéficier d’une interprétation de la loi qui prend en compte les motivations de l’action. «Ce genre de conduite n’est considéré comme un délit que quand il y a volonté délibérée d’exposer l’intimité de la victime. Ce n’est pas le cas de Neymar, qui a fait ça pour se défendre d’une accusation de viol», a expliqué l’avocat.

Neymar convoqué au commissariat

Plusieurs médias ont fait état d’une convocation de Neymar vendredi pour une déposition au commissariat de Répression des crimes informatiques de Rio de Janeiro. La Fédération brésilienne de football (CBF) a demandé le report de cette déposition. A cette date, l’attaquant du Paris SG est censé se trouver à Porto Alegre, où la Seleçao jouera dimanche son dernier match amical de préparation pour la Copa America, contre le Honduras. «Nous avons suggéré le report de cette déposition», a déclaré le porte-parole de la CBF à l’AFP. D’après le site Globoesporte.com, la déposition pourrait être reportée au lendemain de cette rencontre, lundi prochain. L’attaquant se rendrait à Rio de Janeiro avant de rejoindre le reste de l’équipe à Sao Paulo, où le Brésil fera ses grands débuts dans la compétition continentale le 14 juin, contre la Bolivie.

Par ailleurs, le site d’informations brésilien Uol a dit lundi avoir eu accès à un rapport médical selon lequel la Brésilienne qui a porté plainte contre Neymar souffrirait d’hématomes sur les jambes et les fesses, de problèmes gastriques et de symptômes post-traumatiques. Le rapport médical a été établi par un médecin brésilien à Sao Paulo, six jours après l’agression sexuelle présumée de la plaignante.

Pour éviter la pression médiatique, le sélectionneur a pris la place de Neymar en conférence de presse, lundi. «Je ne peux pas me permettre de le juger, a affirmé Tite. Je sais à quel point ce sujet est important. Je sais aussi qu’il s’agit d’une question personnelle et que les faits seront jugés en temps voulu». Avant d’évoquer un possible forfait de la star. «D’un point de vue technique, il est indispensable. Quand je dis indispensable, je ne veux pas dire irremplaçable. Il est indispensable à la qualité du groupe, mais personne n’est irremplaçable…»

AFP

Lire aussi

Mali : les TDR du dialogue national inclusif validés mais sur fond de divergences...

Les termes de référence du dialogue national inclusif ont été validés ce lundi 16 septembre 2019 à Bamako. Les org...

Mali : le juge islamique, Houka Houka Ag Alhousseini plaide pour un débat entre les religieux afin ...

À Bamako depuis plus d’une semaine, le juge islamique de Tombouctou, Houka Houka Ag Alhousseini a rencontré plusieur...

Mali : les avocats de Sanogo et ses compagnons ont déposé une demande de libération de leurs clie...

Sanogo et ses compagnons attendent impatiemment la décision de la justice malienne au sujet de leur libération en vert...

Guinée : la date des élections à venir ne fait pas consensus au sein de la Céni...

En Guinée, les élections pourraient se tenir fin décembre, avec un an de retard, affirme le président de la Commissi...