Les pays africains ont ratifié l’accord de création d’une Zone de libre-échange

Les chefs d’États africains ont donné le feu vert à la Zone de libre-échange continentale qui doit devenir effective à partir du 1er janvier 2021. Restent les négociations entre pays membres sur les droits de douane et la règle d’origine. Médias 24 a interrogé un expert sur ces questions.

Lancée pour la première en 1963 lors d’un sommet de l’organisation de l’Union africaine, la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) vient de naître après 57 ans de gestation. En effet, les chefs d’États africains ont ratifié ce week-end l’accord portant sur sa création durant un sommet extraordinaire. Il entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2021. Cependant, le chemin est encore long pour la mise en application de toutes les dispositions de l’accord, et ce pour plusieurs raisons d’ordre technique.

Dans un entretien accordé au site d’information marocain Médias 24, Abdou Diop, associé-gérant de Mazars Maroc et président de la Commission Afrique de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), le patronat marocain, a expliqué les différentes étapes à franchir pour arriver à une Zone de libre-échange fonctionnelle.

«L’accord entre en vigueur le 1er janvier, puisque le processus de ratification [par les Parlements de tous les pays africains, NDLR] devra se faire avant le 31 décembre. Là-dessus, il n’y a aucun doute», a-t-il déclaré.

«Mais il faudra avant cela se mettre d’accord sur des aspects techniques de l’accord telles les règles d’origine ou les offres tarifaires. Sur ces sujets, les négociations doivent aboutir rapidement pour que l’accord soit réellement opérationnel», a-t-il ajouté.

Droits de douane et règle d’origine sur la table des négociations

L’accord ratifié prévoit la suppression de 90% des droits de douane, étalée sur une période de cinq à 15 ans afin de tenir compte du niveau de développement de chaque pays membre. Concernant la règle d’origine, le taux d’intégration exigé est de 50%. C’est sur ces deux points que vont porter les négociations.

«On n’est pas encore au niveau optimal pour supprimer 90% des droits de douane sur tout le continent. Mais on peut commencer par un niveau intermédiaire de 70% et monter graduellement en charge pour atteindre le taux des 90%», a indiqué M.Diop.

Sputniknews

Lire aussi

Ibrahima Diawara remise trophée Segou Mali

Mali: Ibrahima Diawara aux côtés de la jeunesse de Ségou...

Le président du Parti Mouvement Maliens Tout Court, Mouvement pour la solidarité et le développement (MTC-MSD), Ibrah...
Mali Berabich Tombouctou Taoudeni

Mali: Le Conseil Supérieur des Chefs BERABICH et Alliés engagés pour la stabilité sociale...

Poser le bon diagnostic et trouver des solutions porteuses à  la trilogie la paix, sécurité et développement, t...
Mali Indonésie

Mali-Indonésie: L’ambassadeur Wahyudin a présenté sa lettre de créances au Président de la tr...

L’axe Bamako- Jakarta nouvellement baptisée  » Nusantara » se bonifie. L’ambassadeur de l’Indonésie ...
Mali coton Diazon Ibrahima Diawara

Mali : le rendement record de 3 tonnes de coton à l’hectare de la société Diazon...

Alors que la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) doit annoncer la quantité de sa récolte cot...