Liban: L’explosion qui a dévasté une partie de Beyrouth a fait plus de 70 morts et 3700 blessés

Deux puissantes explosions survenues ce mardi 04 Août 2020 dans le port de Beyrouth ont carrément anéanti une partie du centre-ville, faisant au moins 73 morts et plus de 3700 blessés, selon les autorités. Une scène de chaos s’y est déroulée avec des corps déchiquetés (âmes sensibles s’abstenir).

Selon, le Premier ministre libanais les explosions de Beyrouth ont été causées par près de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium – un engrais chimique et également composant d’explosifs – non sécurisées dans un entrepôt pendant 6 ans. « Il est inadmissible qu’une cargaison de nitrate d’ammonium, estimée à 2750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C’est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire sur cette question », a déclaré le chef du gouvernement durant la réunion du Conseil supérieur de défense, selon des propos rapportés par un porte-parole en conférence de presse.

Pendant plus de trois heures, le chassé-croisé d’ambulances s’est poursuit à un rythme incessant, accompagné par le hurlement des sirènes, les véhicules pénétrant la zone sinistrée pour repartir chargées de victimes.

On est submergés par les appels téléphoniques, a dit à la télévision LBC le président de la Croix-Rouge libanaise, Georges Kettaneh.

Les hôpitaux de la capitale sont saturés. Plusieurs hôpitaux ont par ailleurs été dévastés par la puissance des explosions et ont dû évacuer des patients vers d’autres établissements à travers le pays.

« Les infrastructures ont été complètement anéanties », a affirmé à la chaîne LBC un responsable de l’hôpital Al-Wardieh, qui se trouve en face du port de Beyrouth. « Nous n’avons plus d’eau ni d’électricité, tout a été détruit, nous ne pouvons recevoir aucun blessé. »

L’ONU au Liban a affirmé que des Casques bleus avaient été grièvement blessés à bord d’un navire endommagé par les explosions. Des membres du personnel de l’ambassade d’Allemagne ont aussi été blessés, selon Berlin.

Dans les rues de Beyrouth, des soldats ont évacué des habitants abasourdis, certains couverts de sang, T-shirt autour du crâne pour panser leurs blessures. Des voitures, coussins de sécurité gonflés, mais aussi des autobus ont été abandonnés au beau milieu des routes. Des habitations proches du port ont été détruites ou fortement endommagées.

« J’ai vu une boule de feu et une épaisse fumée s’échapper au-dessus de Beyrouth. Des gens criaient et couraient. Des balcons ont été arrachés des immeubles. Les vitres des gratte-ciel ont été soufflées et sont retombées dans les rues », selon un témoin de la scène interrogé par Reuters.

Le Centre jordanien d’observation sismologique a affirmé que la force de l’explosion était équivalente à un séisme de magnitude 4,5 sur l’échelle de Richter.

Concernant les faits, une première explosion a été entendue à Beyrouth en début de soirée, suivie d’une autre très puissante qui a provoqué un gigantesque champignon dans le ciel. Les immeubles ont tremblé et les vitres ont été brisées à des kilomètres à la ronde. Le souffle a été ressenti jusqu’à l’île de Chypre à environ 200 km de là.

Le chef du gouvernement libanais a par ailleurs affirmé que l’entrepôt visé par l’explosion « se trouvait dans le port depuis 2014, soit depuis plus de six ans ».

« Cette catastrophe ne passera pas, des comptes doivent être rendus », a insisté le premier ministre Diab.

Le peuple en est larmes, des disparus et des morts après une forte au port de Beyrouth.

Face à cette situation désastreuse en pleine pandémie COVID et la crise économique qui y sévit, toute la rédaction de

Open Eco+ adresse ses sincères condoléances au Liban. Et qu’Allah le miséricordieux soutienne tout un pays endeuillé et les amis du Liban.

Reuters et l’AFP

Lire aussi

Mali : les raisons du maintien des sanctions de la CEDEAO malgré le choix d’un premier ministre c...

Le Mali est loin  de rétablir  les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins &nb...

Mauritanie : l’ex-président Abdel Aziz interdit de quitter Nouakchott...

Le procureur de la République de Nouakchott-Ouest a interdit vendredi soir à Mohamed Ould Abdel Aziz de quitter l...

Guinée : les autorités interdisent la marche du 29 septembre, le FNDC appelle à une désobéissan...

Les autorités guinéennes ont interdit la marche du FNDC prévue ce mardi 29 septembre contre la candidature d’Alpha ...

Présidentielle au Burkina : Zida investi candidat, son retour « différé »...

Annoncé en grandes pompes par son parti, le retour de Yacouba Isaac Zida n’est finalement pas à l’ordre du jour. L...