Mali : Adama Diongo, président du CAJPD, parle : « 17 000 enfants des pauvres paysans du Pays Dogon sont privés d’école… »

Dans une tribune publiée sur la page Facebook « Pays dogon », le président du Collectif des associations de jeunes du Pays dogon, Adaman Diongo, a dénoncé avec la dernière rigueur, la fermeture des centaines d’écoles dans la partie exondée de la région de Mopti. Plus de 17 000 enfants sont, selon lui, privés d’éducation dans cette partie du Mali.

Lisez ladite tribune !

Pays dogon : Avec 371 écoles fermées au Pays Dogon, la faillite de l’État saute aux yeux et installe une injustice éducative entre enfants de pauvres et enfants de riches.

Au moment où plus de 17 000 enfants des pauvres paysans du Pays Dogon sont privés d’école dans le centre du Mali, les enfants de nos dirigeants étudient dans les meilleures écoles du Mali et ailleurs dans le monde. Pire, les médias d’État qui tentent de minimiser ce désastre ont annoncé que la rentrée a été effective dans la région de Mopti malgré que 371 écoles restent fermées.

Selon les chiffres de l’académie d’enseignement de Douentza qui couvre tout le Pays Dogon c’est-à-dire Bandiagara, Bankass, Douentza et Koro, 371 écoles sont toujours fermées et plus de 17 000 enfants n’ont pas eu accès à l’éducation de base depuis l’ouverture des classes.

Face à cette situation, les autorités ne semblent pas avoir de solution miracle. Elles attendent tout bonnement que la sécurité revienne pour déployer les enseignants et la logistique nécessaire pour assumer leur rôle. Au regard de la gravité de la situation, cette attitude d’indifférence de l’État est celle d’un État failli qui ne maitrise plus rien dans cette partie du Mali même s’il veut faire croire le contraire aux opinions internationales.

L’État du Mali doit avoir une politique adaptée à la situation de crise que connait le Pays Dogon et le centre du Mali afin que les enfants dont les villages sont situés dans les zones de conflits puissent être évacués et amener en lieu sûr pour pouvoir continuer leur cursus scolaire.

L’absence d’une stratégie d’urgence qui permet de prendre en charge les enfants des écoles fermées du Mali est une vraie injustice éducative à l’égard de ces enfants innocents.

La question est de savoir, combien de temps cela durera ?

Le pays

Lire aussi

CONSEIL NATIONAL DU PATRON: Qui veut agiter les vieux démons ?...

Le Conseil national du patronat Malien sort de la crise. Mais, visible- ment, cela ne semble pas être du goût de tout ...

Burkina Faso : 11 soldats tués dans l’attaque contre un convoi de ravitaillement dans le Sahe...

Onze soldats burkinabè ont été tués dans l’attaque qui visé, lundi, un convoi de ravitaillement escorté par ...

Moussa Ag Acharatoumane : «Le Premier ministre par intérim aurait dû profiter de cette tribune po...

Moussa Ag Acharatoumane, secrétaire général du Mouvement pour le Salut de l’Azawad (MSA) est un acteur clé aussi b...

Crise Mali-Côte d’Ivoire: Ibrahima Diawara, président de Maliens Tout Court appelle à l’a...

Je suis Malien, je suis fier de l’être! Je suis un Malien tout court qui défendra de toutes ses forces son pays et l...