Mali : Affaire de recrutement frauduleux à la Police: Des manœuvres pour faire taire la vérité

L’Alliance de la Police nationale (APN), un syndicat de policiers, avait prévu de mettre en lumière le processus mafieux de recrutement à la Police nationale. Initialement prévue, ce mardi à 9h, la conférence de presse a été purement et simple avortée, après des subterfuges menés à cet effet. Le principal conférencier, le Sergent-Chef Sidi Tamboura, convoqué à la Direction générale de la Police, n’a pu s’extirper du guet-apens, à lui tendu.

 «Les secrets du recrutement à la Police nationale du Mali, comment devenir commissaire?», «l’exclusion arbitraire et abusive du camarade Youssouf Fofana», «mutation et gestion partiale», «La reconduction de tous les candidats tombés à l’oral». Tels étaient entre autres les sujets de la conférence de presse convoquée par le Sergent-Chef Sidi Tamboura et ses collègues de l’Alliance de la Police nationale. Pour l’évènement, les conférenciers avaient lancé un appel à tous les candidats lésés de les rejoindre à la Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM), où devait se tenir la conférence.

La conférence n’aura pas lieu. Le Sergent-Chef Sidi Tamboura, convoqué à la Direction générale de la Police, pour «affaire le concernant» y passera toute la journée, gardé par les éléments de la Brigade Anti Criminalité. Pendant ce temps, devant la CDTM, le Collectif des candidats recalés à l’oral tient un meeting (voir photo). Ensemble, les membres du collectif affutent leur stratégie pour gagner leur lutte.

Inquiets du sort de leur Secrétaire général, les autres syndicalistes à la CDTM l’appellent. L’homme est «séquestré» pour l’empêcher de tenir sa conférence. «S’ils te gardent là-bas, nous allons tous venir te rejoindre», affirme un syndicaliste au téléphone, en enfourchant sa moto Jarkata. Avec d’autres éléments, ils se rendent à la DGPN, accompagnés de quelques hommes de média. Aucune interview possible, car jusqu’à 14h, le conférencier principal était encore à l’intérieur de la  Direction générale de la Police. Nous avons tenté d’entrer en contact le service de communication de la DGPN pour savoir ce qui se passe. Sans succès.

La version de la DGPN

La version de la Direction générale de la Police nous l’aurons sur les réseaux sociaux, vers 13h. «Selon les rumeurs, le Sergent-chef Sidi TAMBOURA serait l’auteur de magouille qui incrimine la hiérarchie policière. Plusieurs plaintes ont été déposées contre lui au niveau de l’Inspection de la Police Nationale. Ce comportement n’honore pas les hommes et les femmes qui se battent nuit et jour pour la sécurité des personnes et des biens». Ce message posté sur une page dénommée Police 24, tente de jeter du discret, «selon les rumeurs», sur le syndicaliste, Sergent-chef Sidi TAMBOURA.

A 17h, Maliweb entre en contact finalement avec le Sergent-chef Sidi Tamboura. Ce dernier donne aussi sa version des faits. «J’ai été convoqué depuis ce matin à 7h. Un inspecteur m’a demandé pourquoi j’organise une conférence de presse. Lorsque j’ai expliqué les raisons, l’on m’a demandé d’annuler compte tenu du contexte «inapproprié», raconte le policier. Et d’ajouter: «Quand j’ai refusé d’annuler la conférence, on m’a dit qu’il y a une plainte contre moi. J’ai demandé à avoir la plainte ou le plaignant. De 7h à 16h, on ne m’a présenté aucun document et aucun plaignant. Vers 16h, j’ai été libéré». Pour la syndicaliste, cette convocation n’avait d’autre but que pour l’empêcher de parler à la presse.

Les candidats tombés à l’Oral

Assemblés devant la CDTM, les membres du collectif tentent par tous les moyens de prouver la fraude dont ils avaient été victimes. Avec des listes dans son téléphone, un des membres du collectif, Mohamed nous montre ce qu’il estime être des preuves de magouilles dans le recrutement à la Police. Sur une première liste «définitive», il présente un nom «M. Coulibaly» avec un numéro. Mais sur la seconde liste, celle des admis après le test écrit, ce nom n’y figure nullement. Conclusion selon le jeune homme: Ils ont été recalés puis remplacés par des personnes sorties de nulle part.

L’Alliance de la Police nationale atteste l’authenticité les dires de Mohamed. Selon un policier, au cours de la conférence de presse, l’une des doléances aurait été que «tous les candidats tombés à l’Oral» soient pris comme deuxième vague de recrutement de la  promotion 2019. Pour les policiers l’oral dans un recrutement de police est inutile. «Pas besoin d’être un poète pour devenir policer», dénonce-t-il.

Lire aussi

Mali: quand Mamadou Sinsy Coulibaly refusait d’aller à l’élection pour la tête du CNP...

Après l’élection de Diadié Sankaré à la tête du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), le 26 septembre...

Mali : Premier ministre Moctar Ouane, prise de contact avec le cabinet et les services rattachés...

Moins de 24 h après sa nomination, le Premier ministre de la Transition, Moctar Ouane a tenu à recevoir ses collaborat...

Mali : la liste des Aigles du Mali élaborée pour les deux prochains matches amicaux...

L’équipe nationale de football du Mali, la liste des joueurs pour les deux prochains matches amicaux, a été élabor...

Mali : les raisons du maintien des sanctions de la CEDEAO malgré le choix d’un premier ministre c...

Le Mali est loin  de rétablir  les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins &nb...